Editorial

Nos lecteurs sonnent la mobilisation

«Le Temps» enregistre une croissance historique de son audience

La presse vit-elle un enterrement de première classe ou se trouve-t-elle au contraire à l’aube d’un fantastique renouveau? Les derniers chiffres de la REMP, l’organisme indépendant qui analyse les audiences, montrent une très forte stabilité de l’impact des titres traditionnels. Dans le segment de la presse de qualité, les spécialistes enregistrent même une croissance tout à fait réjouissante. C’est vrai pour le New York Times mais aussi pour Le Temps. Votre journal connaît ainsi – grâce à vous, lecteurs – une croissance historique de son audience. C’est vrai pour le print et de manière encore plus spectaculaire pour le Web.

Lire aussi: La presse en ligne continue de progresser

Les difficultés des éditeurs et de leurs titres sont réelles: la fin de L’Hebdo, les licenciements au Temps, qui venaient après ceux chez nos confrères de Tamedia, jettent un voile sombre sur l’avenir de la profession en Suisse. Il ne faut pourtant pas oublier l’essentiel. Dans un monde complexe de basculement des valeurs, où la rumeur n’a jamais autant battu de vitesse l’information, le journalisme de qualité est vital pour nos démocraties. Voilà pour le rôle.

Pourtant, lors de rencontres – nombreuses – que nous avons faites ces dernières semaines, nous sentions poindre du côté de certains influenceurs une sorte de fatalisme. La presse romande n’appartiendrait plus à cette région et certains hommes politiques ou entrepreneurs – très minoritaires heureusement – ont déjà bouclé l’affaire. Ils sont en quelque sorte prêts à tourner la page des quotidiens édités ici.

Parmi ces fatalistes, on retrouve souvent ceux qui étaient le moins informés de la situation complexe des médias. Il est vrai que les géants de la technologie que sont Google et Facebook ont complètement bouleversé la donne. La captation quasi totale de la publicité que ce duopole opère sur le Web rend impossible la survie par cette manne pour les producteurs de contenus actifs.

Cela nous oblige à inventer d’autres moyens de rendre une entreprise de presse rentable. Nous le faisons. A travers des événements, des nouvelles narrations journalistiques et d’autres manières de rapporter l’information, nous explorons toutes les manières de toucher nos lecteurs au-delà des moyens conventionnels.

Ce travail porte ses fruits grâce à des acteurs aussi innovants que responsables, capables de répondre présent quand il s’agit de soutenir Le Temps dans sa mue. Ce sont des annonceurs, des partenaires de tous ordres – notamment dans le domaine de la culture et de la formation – et bien sûr les lecteurs qui suivent avec passion notre évolution. Voilà pour l’adéquation d’un média comme Le Temps à son marché.

Ce renouveau attendu de la presse n’est pas seulement un rêve de rédacteur en chef ou d’éditeur. Il a une valeur tangible grâce à nos lecteurs et nos abonnés toujours plus nombreux: merci à eux.

Publicité