Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Beaucoup, sans doute les plus sages, prennent la résolution… de ne pas prendre de résolution.
© Pexels.com

Charivari

En 2018? Amour et velours

OPINION. Plus de 60% des résolutions de la nouvelle année ne sont pas tenues? Ça ne fait rien, dit notre chroniqueuse, qui croit à la magie refondatrice du 31. Et vous?

Lâcher prise. Arrêter d’être grognon et dire oui avant de dire non. Commencer une activité inédite. Ou en finir avec le supplice des régimes et accepter ses kilos en trop. Ces résolutions de la nouvelle année figurent parmi les huit décisions prises en présence de témoins autour de la table du 31.

Non, cette année, je n’ai pas noyé le réveillon dans la fête secouée, les rires faciles et l’alcool à foison. J’ai passé un 31 conscient. Ennuyeux comme la pluie qui a justement douché la neige, ce jour-là? Non, passionnant. Un 31 d’adultes, de grands. On a bu, ri et mangé, bien sûr, mais on a surtout parlé en laissant la place à chacun. De quoi entendre ceux qui, d’ordinaire, passent la soirée à écouter…

«Je réalise que c’est un peu crétin»

On s’est demandé des trucs classiques. Ce qu’on ferait si on gagnait au loto, par exemple. Pour certains, décrocher le gros lot, c’est le début du début, pour d’autres, c’est le début de la fin. Un cadeau empoisonné, vertige du trop-plein. Un convive a imaginé qu’il créerait une fondation pour une cause chère, une autre, qu’elle ferait le tour du monde en palaces avant d’investir dans un projet.

Et moi (qui ne joue pas au loto, ce qui limite considérablement les chances de gagner), j’ai dit que si je touchais le Graal, j’aurais un scrupule à rester journaliste alors que les postes fondent comme neige sous la pluie dans cette profession peau de chagrin… Après coup, je réalise que c’est un peu crétin, mais c’était l’esprit de ce 31.

L’adieu à hier

J’adore le 31. J’adore serrer les gens que j’aime dans mes bras et leur souhaiter une bonne année en le pensant vraiment. Il y a la magie de Noël et il y a celle, plus mystérieuse, du 31. Noël, c’est l’effusion, la chaleur familiale, la célébration des liens acquis. Le 31, c’est l’adieu à hier, la fête forte et brave, l’excitation du défi. Avec, donc, les fameuses résolutions. Arrêter de fumer, boire moins et faire attention à sa ligne sont toujours les plus populaires en 2018. Mais, très vite derrière, l’Occidental moyen s’engage à changer de travail ou à ne plus se mettre si facilement en colère. Très tendance, ce souci de soi et du care.

Enfin, beaucoup, sans doute les plus sages, prennent la résolution… de ne pas prendre de résolution. De fait, montre une étude, plus de 60% de ces ambitions du réveillon ne sont jamais honorées. Peut-être. Mais j’aime bien la promesse de cet ami qui, le 31, a clos le tour de table en disant qu’il s’engageait à faire de 2018 l’année de l’amour et du velours. Du chaud et du doux au quotidien, ce n’est pas rien.


Chronique précédente:

Yannick Buttet, le (seul) grand méchant loup?

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)