Technologie

2025, un futur déjà si présent

ÉDITORIAL. Il semble facile d’imaginer l’avenir à court terme du point de vue technologique. Mais il ne faudra pas oublier les conséquences de ces nouvelles possibilités pour notre libre arbitre

Plonger une journée en 2025 pour imaginer comment les technologies façonneront notre quotidien… Le petit récit d’anticipation que nous vous proposons aujourd’hui a été relativement facile à imaginer, tant le potentiel des technologies actuelles est immense. Mais le quotidien de demain pose aussi, et surtout, des questions essentielles auxquelles il est urgent de s’attaquer.

A ce sujet, lisez aussi notre temps fort: Une journée high-tech en 2025

S’il est si aisé d’imaginer le futur à très court terme, c’est parce que les technologies actuelles nous fournissent des ingrédients incroyables pour tenter de deviner l’avenir. Au cœur de la Silicon Valley, mais aussi, bien plus près de nous, dans les laboratoires de l’EPFL, à l’institut Idiap de Martigny ou dans les start-up suisses, les innovations sont innombrables. Elles sont un terreau extraordinairement fertile pour imaginer les services de demain. Blockchain, intelligence artificielle, machine learning, drones… Entremêlées, indissociables, ces technologies ont un énorme potentiel. Et nul ne peut aujourd’hui prétendre savoir jusqu’où elles nous mèneront.

Nouveau champ des possibles

En l’espace de quelques années, la combinaison entre la constitution de bases de données gigantesques et l’élaboration d’algorithmes sophistiqués a ouvert un nouveau champ des possibles. Nous commençons à deviner ce futur via les recommandations que nous fournit notre smartphone, les fonctions de notre assistant personnel ou la multiplication d’objets connectés autour de nous.

La présence, dans notre quotidien, de plusieurs de ces technologies rend difficile la construction d’un futur qui semble si différent de 2019. Certes, les voitures autonomes et les services de livraison par drone seront une innovation de rupture majeure. Mais leur gestation est bien avancée et leur arrivée dans nos vies une quasi-certitude. Les autres technologies sont déjà en partie là et ne feront, a priori, que se développer pour s’immiscer de plus en plus profondément dans nos vies.

Prix à payer

Le futur est donc déjà là. Un futur porteur d’espoirs immenses: une réduction incroyable du nombre de morts sur la route, la promesse d’un travail débarrassé de ses tâches les plus répétitives, davantage de temps pour les loisirs… Mais ces progrès seront assortis d’un prix à payer: la perte de contrôle et la dépendance toujours plus grande envers une assistance tierce, celle de la technologie. C’est déjà en partie le cas et cela va s’accentuer. On choisit des restaurants ou de la musique en fonction de ce que des apps nous proposent. On oublie comment accomplir des tâches faciles parce que des outils numériques le font à notre place. On peut aussi craindre que la reconnaissance faciale et l’utilisation de nos données puissent entraver certaines de nos libertés.

C’est donc l’un des enjeux les plus cruciaux de ces prochaines années: plus on avancera dans la «technologisation» de notre société, plus la question de nos données et de leur distribution à une foule d’acteurs, privés ou publics, devra être résolue.

Publicité