La vie à 25 ans

Dès 25 ans, perdre des amis est inévitable...et normal

OPINION. Longtemps, les amitiés de nos jeunes années nous ont semblé immuables, éternelles. Et pourtant, la vingtaine entamée, certains liens soudain se distendent. Un drame inévitable, estime notre chroniqueuse

La vingtaine, c’est l’âge des ruptures. Les Backstreet Boys et les comédies romantiques nous avaient largement briefés: être adulte, c’est enchaîner les histoires d’amour passionnées et les séparations déchirantes. Mais vous vous en remettrez, voire vous vous servirez de cette rage pour intégrer Harvard, comme dans La revanche d’une blonde. Par contre, personne ne nous avait prévenus d’un autre genre de drame: les ruptures amicales.

Quand bien même, on ne l’aurait pas cru. Parce qu’à l’adolescence, les amis, c’est tout: des compagnons du quotidien, qui partagent nos angoisses scolaires, nos sachets de Maltesers et nos confidences. Des piliers de notre identité aussi, puisqu’on les choisit et qu’ils nous choisissent aussi. Si vous avez grandi dans les années 1990, vous avez forcément gribouillé «Best Friend Forever» dans le carnet d’un copain de classe – à l’époque où ça faisait cool.