Ce samedi, au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, nous ne sommes pas le 1er mars, mais le 29 février. Tous les quatre ans, un 29e jour est ajouté au mois de février, c’est ce qu’on appelle une année bissextile et c’est la raison pour laquelle les personnes nées ce jour-là fêtent en général leur anniversaire le 28, explique l’Agence télégraphique suisse (ATS). D’avance, pardon à celles et ceux qui savent déjà tout cela, mais il y a tout lieu de croire qu’il y en a aussi qui apprécieront la news.

Alors, dans le fond, pourquoi on «fait» ça, ajouter un jour? Réponse: pour compenser la différence de temps entre l’année calendaire de 365 jours et l’année solaire, soit le temps pris par la Terre pour effectuer le voyage autour du Soleil. Lequel dure en fait «environ» 365,25 jours, plus exactement 365,2422 jours. Depuis Jules César et son «fameux» calendrier romain, un bonus est donc arrivé avec ce jour bissextile, qui tombait alors le «6e jour bis» avant les calendes de mars (bis-sexto ante calendas martias).