«Après les minarets en 2009, les Suisses bannissent la burqa et le niqab dans l’espace public. A l’image de la France, de la Belgique et de l’Autriche», ce qui banalise tout de même un peu l’événement quand on lit les premières lignes du quotidien allemand Die Zeit. «Acceptée par près de 52% des votants, cette initiative [était] très controversée, même dans les milieux féministes», rappelle le site Heidi.news.

Mais si, dans sa revue de presse, l’ATS relève que «la Suisse se veut libérale, ouverte et tolérante, […] grâce à une alliance contre nature entre des xénophobes ne supportant pas le multiculturalisme et certaines féministes réagissant au quart de tour à des signes extérieurs d’oppression, elle adopte [surtout] un message stigmatisant pour la communauté musulmane», aux yeux de La Liberté de Fribourg et du Nouvelliste, à Sion.