Les intérêts d’un Etat dans un pays étranger sont protégés soit par la possession de «clés d’accès» à ce pays, soit par le recours à la «force brutale» comme moyen de persuasion, soit par l’usage de l’«autorité informelle», soit par la «défense par proxy» en recourant à des amis influents, soit par la «compromission diplomatique». La gestion de l’«affaire Kadhafi» a révélé des limites de la politique suisse: une pénurie en matière de «clés d’accès» à l’environnement culturel libyen, un effritement de l’«autorité informelle» suisse, une difficulté à mobiliser des alliés fiables, un manque de transparence, et une impression donnée à l’opinion que la politique extérieure est subordonnée quasi exclusivement à l’impératif de l’économie.

Kadhafi est un Bédouin qui baigne dans l’univers des symboles. Le titre de «Roi des rois» qu’il s’est arrogé, sa tenue et sa tente qui ne le quitte pas nous le rappellent. Le Bédouin est connu pour son hospitalité sans mesure; il serait prêt à tuer sa monture pour nourrir ses hôtes. Mais il serait prêt à mourir pour défendre ou venger son honneur. Un adage populaire libyen dit: «A cause d’une puce, il a brûlé ses habits.» Un autre adage algérien dit: «Sauvegarder le nez, même à la perte de tout le reste», le nez symbolisant l’honneur et la dignité.

L’«autorité informelle», essentielle en diplomatie, si elle est bien entretenue, peut dresser un mur de protection symbolique. Mais elle requiert deux conditions: l’assurance en soi et la disposition à prendre des risques mesurés. La Suisse a des atouts lui permettant de construire une telle autorité: absence d’un passé colonial, neutralité, rôle central dans le développement et la promotion du droit international humanitaire et des droits de l’homme, etc. Mais l’«autorité informelle» s’effrite par des attitudes, comportements et déclarations politiques reflétant des incohérences et contradictions entre valeurs et principes d’un côté, et pratiques de l’autre. Lorsqu’un homme politique suisse déclare espérer que les relations commerciales reprennent vite avec la Libye, avant même que le conflit ne soit résolu, c’est le signe d’une faiblesse que Kadhafi, élevé dans la culture de «Meurs debout!», a su exploiter pour tenter de mettre son interlocuteur à genoux, en haussant progressivement le ton, jusqu’à demander la désintégration de la Confédération ou appeler au djihad contre ce pays.

L’«a ffaire Kadhafi» se présentait potentiellement comme une crise majeure. La position officielle suisse devait alors être prise dans la transparence et soutenue par le peuple suisse après un débat national. Cela aurait renforcé l’«autorité informelle» du pays. Un adage populaire arabe dit: «Rien ne gratte mieux ta peau que ton ongle, alors prends-toi en charge.» Miser uniquement sur le soutien de gouvernements étrangers s’est révélé sans effet. D’une part, la «solidarité arabe» a bien fonctionné; la Suisse n’a même pas pu compter sur le soutien de gouvernements classés dans la catégorie des «amis», comme celui de l’Algérie, qui a été le premier à afficher sa solidarité avec Kadhafi et à influencer la Ligue arabe à adopter la même position. D’autre part, l’«individualisme cupide» de certains pays européens et américains du Nord s’est traduit par des positions qui ménagent le «gâteau libyen». Les déclarations mesurées des officiels français, étasuniens, italiens et autres suite à l’appel au djihad contre la Suisse par Kadhafi sont déconcertantes. La révérence affichée par les officiels européens à l’égard de Kadhafi, lors du sommet de la Ligue arabe de Syrte, allant jusqu’à un baisemain par Silvio Berlusconi, est venue nous rappeler cette triste vérité.

Les importations suisses d’hydrocarbures de Libye représentent 50% des importations totales de ce bien stratégique. Toutefois, la crise ne devrait pas constituer une entrave à la prise de décision politique souveraine, mais plutôt une opportunité pour revoir la politique énergétique du pays. Une plus grande diversification est possible et essentielle. D’autres producteurs crédibles d’énergie devraient être considérés. Quant aux avoirs libyens dans les banques suisses en 2007, donc avant la crise, ils représentaient 0,13% du total des avoirs dans les banques suisses. Les exportations de la Suisse vers la Libye représentaient, elles, 0,14% du total. On estime à 200 millions de francs par an les revenus publics provenant de la Libye, c’est-à-dire un peu plus de 26 francs par an et par habitant, soit 0,04% du PIB par habitant. Un adage arabe dit: «La femme digne meurt de faim et ne mange pas de son sein.» La question qui aurait dû être posée au citoyen suisse n’est pas de savoir s’il était prêt à mourir de faim pour éviter l’humiliation, mais de savoir s’il était prêt à prendre le risque hypothétique de réduire son niveau de vie de moins de 0,1% pour préserver sa dignité. La réponse du citoyen est prévisible. Une consultation populaire – si facile en Suisse – à ce sujet aurait eu plus de sens que celle sur les minarets.

Mais il y a une autre facette à cette question. Les 730 millions de francs de profits liés à l’exportation et aux intérêts sur les avoirs libyens qui sont encaissés par une élite industrielle et financière donnent un sens à la perception répandue dans le pays que ce sont les groupes industriels et financiers qui déterminent la politique suisse en matière de gestion de la crise avec la Libye et qui dictent la conduite de l’ambassadeur de Suisse à Tripoli.

La Suisse gérerait mieux des crises de la même nature que l’«affaire Kadhafi» en respectant quatre règles d’hygiène politique: 1) Investir plus pour acquérir des «clés d’accès» au monde arabe; 2) Miser sur l’«autorité informelle» et bien l’entretenir; 3) Miser sur ses propres ressources et le soutien de sa population; 4) Ne jamais subordonner sa politique extérieure exclusivement à l’impératif de l’économie et s’exposer ainsi au chantage politique. Dans l’«affaire Kadhafi», la Suisse devra choisir entre deux approches: l’escalade par l’agitation ou la désescalade par la sérénité. Elle pourrait demander la désintégration de la «Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste» et sa répartition entre les pays limitrophes, appeler à une croisade contre ce pays et arrêter quelques citoyens libyens sur son sol. Elle pourrait au contraire déclarer l’incident clos, attendre la libération de Max Göldi une fois qu’il aura purgé sa peine de quatre mois, respectant ainsi «l’indépendance de la justice», et déclarer que si le détenu n’est pas libéré au terme de cette peine, des mesures souveraines seront prises allant jusqu’au retrait de Libye de toutes les entreprises suisses, voire la rupture des relations. Une retenue diplomatique et médiatique devrait suivre cette déclaration. Une telle approche qui rétablirait l’«autorité informelle» de la confédération contribuerait à résoudre la crise plus vite qu’on ne l’espère.

NDLR. Le président du conseil de la fondation Cordoue, mais qui a pris ses distances depuis quelques années, est Ahmed Ben Bella, l’ancien président algérien, qui a reçu le prix Kadhafi des doits de l’homme en 1995, et qui dirige le « Comité international » de ce prix encore aujourd’hui

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.