D’un côté, au sein de la grande alliance de gauche, des députés de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes), principalement des Insoumis et proches, qui sont volontairement ou involontairement au cœur d’une polémique par jour. De l’autre, à l’extrême droite, des députés Rassemblement national (RN), presque aussi nombreux, dont on n’entend pratiquement pas parler. L’Assemblée nationale française a fait sa rentrée des classes (très tardive) ce lundi. Et le grand écart stratégique est spectaculaire aux extrémités de l’hémicycle. Car il s’agit bien, en partie en tout cas, de stratégie: chez les mélenchonistes, l’agressivité est l’outil d’expression volontaire de la radicalité (les polémiques naissent involontairement, mais les réponses outrancières sont voulues). Alors que du côté des ouailles de Marine Le Pen, la discrétion est clairement la ligne qui a été décidée pour rassurer et se voir confier le pouvoir dans cinq ans.