Cet été, «Le Temps» a confié ses espaces dévolus aux opinions à six personnalités, chacune sur un thème et une semaine. Notre journaliste Serge Michel anime cette quatrième semaine, consacrée à l'Afrique. Retrouvez toutes les contributions.

L’Afrique a vraiment besoin de récits qui disent les choses telles qu’elles sont, pas d’une vision sélective et biaisée qui cache systématiquement les progrès et mette en avant les aspects négatifs. Les opinions dominantes écartent automatiquement tout fait qui contredit le confort de ce que les gens pensent savoir: ces attitudes condescendantes sont profondément ancrées dans la pensée élaborée à l’époque coloniale. Il est urgent de les mettre à jour.

Une conversation sérieuse

Pourtant, si nous essayons de changer les récits africains pour le mieux, l’un des obstacles à surmonter sera de convaincre les Africains eux-mêmes de leurs capacités, de leur innovation considérable et de leur propre immense potentiel. Ce n’est pas impossible: pendant la pandémie, les Africains ont été tellement laissés de côté qu’une conversation sérieuse sur la manière de devenir plus indépendants s’est installée.

Lire aussi: Malgré le covid, les entreprises suisses croient à l’Afrique

Tout a commencé avec les masques et les équipements de protection. Alors que le monde entier s’efforçait d’obtenir des stocks en Chine, des leçons ont été tirées sur les faiblesses évidentes des chaînes d’approvisionnement construites au fil du temps.

Tout d’abord, la nécessité d’acheter ensemble, de coordonner et d’établir des couloirs de transport spéciaux pour accéder aux biens et aux équipements a été au cœur de l’initiative prise par l’Union africaine. Ces efforts ont permis de réaliser des économies et de mieux négocier, pour plus de rapidité et d’agilité. Il n’est pas négligeable qu’Ethiopian Airlines soit devenu l’un des transporteurs de choix, non seulement pour les besoins urgents de l’Afrique en matière de fret, mais aussi de nombreux autres pays du monde, y compris en Europe.

Deuxièmement, et sur la base des leçons tirées de l’épidémie d’Ebola, lorsque les précarités sanitaires de l’Afrique ont été exposées à l’os, un nouveau centre de contrôle des maladies pour l’ensemble du continent a dirigé les efforts épidémiologiques et a rapidement mis en place des mécanismes de coordination parmi les meilleurs de toutes les régions du monde. Il est également intéressant de noter le rôle éminent de certaines personnalités africaines dans la réponse mondiale à la pandémie.

Les laissés-pour-compte se font exportateurs

Troisièmement, une vague d’initiatives de reconversion a vu les Africains passer du statut de laissés-pour-compte à celui de producteurs de nouveaux biens nécessaires, voire, dans certains cas, d’exportateurs.

Lorsque les besoins imposés par les vagues de pandémie se sont déplacés vers les ventilateurs, et maintenant les vaccins, l’histoire était à peu près la même. Les Africains ont été les premiers à demander la fabrication de vaccins et des dérogations aux brevets spéciaux de l’industrie pharmaceutique, plutôt que la fourniture de vaccins provenant des restes des régions plus riches du globe.

Il est vrai que l’inégalité en matière de vaccination n’est toujours pas traitée, ce qui menace les progrès de la lutte contre le coronavirus. Le comportement égoïste des plus puissants a été fortement critiqué. Mais la conversation a considérablement évolué par rapport à ce qu’elle était il y a quelques mois. Au lieu de se concentrer sur les faibles capacités sanitaires de l’Afrique, il s’agit désormais de savoir combien de vaccins chacun des pays les plus riches peut donner au continent, tout en dénonçant la générosité des autres concurrents comme de la simple diplomatie vaccinale.

Lire aussi: L’Afrique se méfie du Covax et lance son propre programme d’achat de vaccins

Paiement électronique de subventions

Il n’en reste pas moins que l’Afrique dispose d’une marge de manœuvre budgétaire limitée pour générer les mesures de relance de la crise actuelle, comme on le constate dans les pays de l’OCDE. Les pays développés ont fourni près de 80% de tous les efforts budgétaires. Par rapport à 16% de leur revenu national, les pays les moins avancés, dont la plupart sont africains, n’ont augmenté leurs dépenses publiques que de 2,6% en moyenne, en particulier pour renforcer les systèmes de protection sociale. Pourtant, des pays comme la Namibie, le Rwanda, le Togo ou le Maroc ont réussi à mettre en place des systèmes électroniques sophistiqués de paiement des subventions afin d’en accélérer le traitement. Dans certaines limites, les banques africaines ont abaissé leur taux de prise en pension et ont fait pression pour accorder davantage de prêts.

Malgré ces politiques impressionnantes, les Africains se sont retrouvés dans le paradoxe d’être les moins infectés par le virus, mais les plus touchés par l’impact économique et social du virus.

Les prédictions de deux décennies de perte de gains sociaux sont peut-être exagérées, mais l’aide publique au développement n’a pas augmenté en 2020, contrairement aux nombreuses proclamations. Elle a au contraire diminué de 36%. Il en va de même pour les investissements directs étrangers, qui ont diminué de 18%, et pour les prix des matières premières, qui ont également baissé de manière significative, sans parler de l’arrêt des flux commerciaux. L’accès aux marchés des capitaux s’est brutalement rétréci, la fuite des capitaux a atteint des niveaux record et la dépréciation de la plupart des monnaies africaines s’est poursuivie. Une parfaite tempête qui n’a pas été compensée par les décaissements record du FMI et d’autres institutions financières.

Transition verte: la théorie et la réalité

L’Afrique vit un deuxième paradoxe. Elle est créditée d’avoir accès à un niveau record de prêts concessionnels alors qu’en fait, en comparaison avec ce qui est à disposition des autres, elle n’a jamais été aussi faible. Le récent sommet sur le financement de l’Afrique organisé par le président français Emmanuel Macron illustre bien ce paradoxe. Les pays développés qui n’utilisent pas l’allocation approuvée des droits de tirage spéciaux du FMI font traîner en longueur la proposition de donner cette allocation à l’Afrique.

Nous pouvons dire la même chose des opportunités passionnantes de la transition verte. En théorie, l’Afrique sera soutenue. En réalité, les divers «accords verts» et les objectifs ambitieux de la neutralité carbone pourraient bien favoriser un accès asymétrique aux ressources pour la conversion, ce qui peut laisser l’Afrique à la traîne et la pénaliser davantage en appliquant des taxes carbone à ses exportations. Le principe de responsabilités communes mais différenciées dans la lutte contre le changement climatique semble avoir été oublié.

Lire aussi: Pour la neutralité carbone mondiale, investissez dans l’énergie propre en Afrique!

Le mouvement mondial en faveur d’une énergie plus verte s’est accéléré. L’Afrique, avec ses riches réserves minérales, sera sans aucun doute le pivot du passage à une énergie plus verte. Cela nécessitera des investissements importants dans l’exploitation de ces matières premières, car les activités d’extraction ont généralement tourné autour des métaux et du pétrole. L’Afrique peut faire un bond en avant dans la transition vers l’énergie propre et s’engager dans la diplomatie économique. Actuellement, elle est dotée de 30% des minerais du monde, lesquels ne représentent que 3% de son PIB. Cela fait de la fabrication d’énergies renouvelables une immense opportunité économique. Les matières premières destinées à la transition verte devraient bénéficier d’une demande accrue à moyen et long terme, tandis que la capacité limitée du côté de l’offre pourrait entraîner une hausse des prix à court terme.

Il reste donc une fenêtre pour que les récits sur l’Afrique ne soient pas infectés par le pessimisme et décrivent ce virus comme une opportunité.


Par Carlos Lopes, économiste, haut représentant du président de la Commission de l’Union africaine. Il est l’auteur de «L’Afrique est l’avenir du monde» (Seuil, 2021).

 

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.