Les pouvoirs publics soutiennent massivement la culture. Les radios et les télévisions régionales reçoivent une part de la redevance. Rien ou presque pour les médias écrits, sur papier ou sur écran. Faut-il accepter la loi qui propose d’équilibrer ces efforts? La question va au-delà de l’économie, elle touche une question de fond: qui est et comment continuera-t-on à écrire sur la réalité quotidienne de ce pays? La Suisse romande fête cette année les 100 ans de la radio. Aujourd’hui bien plus présente et diversifiée, elle reste un point fort du paysage médiatique. La télévision, trente ans plus jeune, garde aussi une place considérable et renouvelle ses modes de diffusion. Avec l’apport des chaînes étrangères et des plateformes de streaming, l’image et le son envahissent nos vies. Et l’écrit?