Dingue, je ne vais pas parler du coronavirus! Quoiqu’il s’agisse quand même d’un problème de contagion… La semaine passée, je croise le fils d’une copine, énervé. «Vous ne nous avez jamais dit, les adultes, que, pour aimer, il faut abandonner ce qu’on est, il faut se sacrifier!»

Mais encore? «J’ai un pote, poète, super-doué en musique, bon, à côté de ses pompes, mais classe, tu vois. Depuis qu’il a une meuf un peu maniaque, on ne le reconnaît plus. Il continue à être maladroit, mais maintenant, il est stressé, il range, il nettoie, tout, tout le temps, il est limite ridicule. Pourquoi, quand tu aimes une personne, la première chose que tu lui demandes, c’est de changer?»

Lire aussi: Amour peut vraiment rimer avec toujours

Bien sûr, on peut répondre sans se fouler au jeune fougueux que toute vie à deux requiert son lot d’efforts. Impossible de roucouler auprès de sa moitié tout en conservant sa totale liberté. Arrangements et compromis sont la loi de tous les couples équilibrés. En plus, comme, en Suisse, 75% des tâches ménagères sont encore accomplies par des femmes, il n’est pas dramatique que le pote poète se mette à poutzer…

Des conjoints petits chefs

Oui, mais non. Le jeune insurgé ne parle pas de ça. Il parle d’un droit que se donnent certains conjoints, masculins ou féminins, d’éduquer l’autre au nom de leur idée du juste et du bon. Ça ne vous frappe pas, vous? Le nombre d’hommes et de femmes qui se transforment en père et mère, dès qu’ils font couple, nid, cocon?

Ils savent, ordonnent, régentent, sermonnent. Répètent à l’envi que, vraiment, s’ils ne faisaient pas tout ce qu’ils font, rien ne se ferait dans la maison – sans bien sûr laisser à l’autre la moindre occasion d’imaginer ses propres solutions. Ces piliers listent tous les manquements du distrait, de l’évaporée, de la bavarde, du perché et soupirent, soupirent tellement que ladite maison tremble sur ses fondations.

Le vertige de la différence

Je rejoins le fils de ma copine. Pourquoi diable choisir un amoureux qui correspond si peu à son profil que vivre avec lui relève de la corvée ou, quand l’espoir est encore là, de la mission d’édification? Pourquoi ne pas prendre directement quelqu’un qui convient? Ou alors choisir quelqu’un de différent, mais chérir ses pas de côté, sa vision décalée, l’air frais qu’il ou elle amène dans le foyer?

La réponse est dans le contrôle. Et dans le fantasme du même, de la contagion. Aimer, pour certains, c’est aimer l’identique. La différence les déstabilise tellement qu’ils enferment l’autre dans un modèle étouffant, sinon violent. Aujourd’hui, il n’y a pas que le virus qui tue. Le besoin de contrôle et le manque d’imagination tuent aussi.


Chronique précédente

Ne nous laissons pas éte(i)ndre par le coronavirus!