Le centre de Téhéran est noir de monde ce lundi matin en hommage au général iranien Qassem Soleimani, tué vendredi par une frappe américaine en Irak, rapportent les agences de presse. Portraits de leur héros en mains, la foule s’est amassée dès l’aube, sous un soleil glacial, aux abords de l’université. Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, y préside dans la matinée une cérémonie en l’honneur du soldat le plus populaire d’Iran, devant le cercueil duquel il vient de prier brièvement. Il est entouré des plus hauts dignitaires du pays: le président, Hassan Rohani; le président du parlement, Ali Larijani; le chef des Gardiens de la révolution, le général Hossein Salami; et le chef de l’Autorité judiciaire, Ebrahim Raïssi.


Lire aussi:


La foule défile sur plusieurs kilomètres le long des avenues, agite moult drapeaux iraniens ou simplement rouges, couleur du sang des «martyrs», mais aussi des emblèmes libanais ou irakiens. Dans les rues, on entend par intermittence des slogans comme «mort à l’Amérique» ou «mort à Israël», sur fond de mélopées funèbres chantées par des voix d’hommes, diffusées par haut-parleurs.