Digitale attitude

Allez-y, partagez votre tiramisu sur Instagram

Le partage des photos de nourriture confirme que capturer l’allure de ses plats, comme tout rituel de célébration, ça les rend plus savoureux. Et le mangeur plus heureux

La prochaine fois que vos amis lèvent les yeux au ciel parce que vous prenez une photo de votre assiette, dites-leur que selon de nouvelles recherches, photographier des choses du quotidien rend les gens plus heureux. C’est du moins la conclusion d’une étude publiée ce mois dans le Journal of Personality and Social Psychology, où des scientifiques ont démontré que ceux qui photographiaient leur entourage étaient plus heureux que ceux qui se contentaient de l’observer.

Le mythe qui veut que celui ou celle qui prend une photo ne vit pas pleinement le moment présent, a donc enfin été débouté. L’étude du professeur en marketing Kristin Diehl de l’Université de Californie du Sud, a démontré que le fait de prendre des photos augmente le plaisir du moment et que l’attention et l’engagement d’une personne sont décuplés. Dans une de des expériences, 200 personnes ont été interrogées à la descente d’un bus touristique. Ceux qui avaient photographié les sites avaient en fait davantage apprécié le tour guidé que ceux qui étaient restés assis inactifs, à les contempler.

Dans le cadre d’une autre expérience, dans un musée, les chercheurs ont équipé les participants de lunettes pouvant traquer les mouvements de leurs yeux. Ils ont constaté que ceux qui photographiaient les objets les observaient plus longuement et qu’ils avaient eu plus de plaisir pendant leur visite que ceux qui les avaient simplement regardés.

Et cette conclusion tient même la route pour l’activité la plus stéréotypée qui soit: le partage des photos de nourriture sur Instagram, ce qui confirme les résultats d’une autre étude, publiée en 2013 dans la revue Psychological Science. Laquelle soutenait que photographier ses plats, comme tout rituel de célébration, les rendait plus savoureux.

Si le #foodporn inquiète certains, comme Valerie Taylor, chef du service de psychiatrie au Women’s College Hospital à l’Université de Toronto, pour qui prendre en photo la nourriture serait la manifestation d’un trouble alimentaire, on pourrait faire taire définitivement toutes les critiques en décrochant le job «d’expert culinaire sur Instagram.» Netflix cherche actuellement à pourvoir ce poste pour promouvoir sa série Chef’s Table. Les inscriptions, c’est ici: mychefstable.netflix.com.

Publicité