Revue de presse

«Allô la Terre? Ici InSight. Amarsissage réussi!»

Une soirée de tension extrême à la NASA et chez tous les passionnés de l’exploration spatiale! Mais cette mission vers Mars, qui doit révéler les tréfonds et l’histoire de la «planète sœur», a bien commencé lundi

Ça y est. Elle avait décollé de la Terre le 5 mai dernier, et après deux cent trois jours de vol, elle s’est posée à la surface de Mars ce lundi soir à 20h53, heure suisse. Première étape réussie, donc, pour la mission d’exploration de la planète rouge InSight, acronyme de l’anglais Interior Exploration using Seismic Investigations, Geodesy and Heat Transport – en français: «exploration interne par les sondages sismiques, la géodésie et les flux thermiques».


Lire aussi:


InSight constitue un grand projet de mesures géophysiques de Mars. Quels sont ses objectifs? Le site PourLaScience.fr explique: «Etudier la structure interne de Mars. De nombreuses questions de géophysique martienne n’ont pour l’instant pas de réponse: la planète possède-t-elle un noyau liquide? Quelle est la taille de ce noyau? Quelle est la composition du manteau?» Entre autres (voir ici les nombreuses vidéos consacrées au sujet).

Pour atteindre ces objectifs ambitieux, l’idée est simple. Il s’agit de «mettre en œuvre sur Mars les mêmes outils qui ont permis de déterminer la structure interne de la Terre: en l’occurrence, utiliser des sismomètres pour analyser les ondes sismiques qui se propagent dans la roche de la planète.» La mission, qui a coûté près de 1 milliard de dollars, a nécessité sept ans de travail. Emeline Bolmont, professeure assistante à l’Observatoire astronomique de l’Université de Genève et Laboratoire d’astrophysique de l’EPFL, en explicitait les enjeux (et les risques) lundi soir dans le Forum radiophonique de la RTS:

Jean-Yves Le Gall, lui, président du Centre national d’études spatiales (CNES) français, venait d’avoir, au même moment, «le dernier bulletin de santé d’InSight»: «Tout est vert pour la rentrée dans l’atmosphère.» «Légèrement tendu à une demi-heure de l’amarsissage, selon Sud-Ouest, il espérait très fort que les bonnes nouvelles persistent jusqu’au sol. Il a été exaucé […] sur la plaine d’Elyseum, après sept minutes de grand stress, marquées par une formidable décélération.» Dans le détail, «lancée à 20 000 km/h, Mars InSight a ralenti à 8 km/h grâce aux vertus de son bouclier thermique et de son parachute. Il a été déployé à 13 kilomètres d’altitude alors que la sonde filait encore à 415 m/s.» Florence Porcel, qui se dit «vulgarisactrice»:

Pour l’heure, InSight a donc «survécu à la périlleuse traversée de l’atmosphère [faible] de la planète rouge, a confirmé la NASA depuis son centre de contrôle de Pasadena en Californie, raconte L’Obs. «Atterrissage confirmé!» a annoncé la contrôleuse, déclenchant une immense ovation et des sauts de joie des ingénieurs et scientifiques de la NASA dans la salle de contrôle. Quelques minutes plus tard, InSight a envoyé sa première photo prise depuis la surface de la planète, une image brumeuse, sans doute assombrie par le nuage de poussières créé par l’impact, mais où l’horizon est visible.» Et l’agence spatiale américaine a alors fait référence à une création de Pink Floyd:

Le HuffingtonPost.fr résume quant à lui ce qui va se passer maintenant, non sans humour: «Quand une Ferrari ne fonctionne plus, il faut ouvrir le capot. C’est en quelque sorte l’objectif d’InSight. […] Evidemment, l’atterrisseur ne va pas ouvrir Mars en deux. Mais presque. Son but: écouter battre le cœur de la planète rouge. […] A la clé, plusieurs récompenses. Savoir une fois pour toutes ce qui a transformé le paradis martien en un désert glacé il y a 3,5 milliards d’années. Mieux comprendre la formation des planètes telluriques, rocheuses. Et déchiffrer un peu plus l’histoire de notre propre planète.»

Le chaînon manquant

Car comme l’expliquait ce lundi Pierre Brisson, président de la Mars Society Switzerland, membre du comité directeur de l’Association Planète Mars (France), dans «Exploration spatiale», son blog hébergé par LeTemps.ch, «avec cette mission, on retombe […] indirectement sur l’étude de l’histoire du système solaire et sur celle des conditions prévalant à l’époque où la vie a pu apparaître (et disparaître) sur Mars. Insight est le chaînon jusqu’à présent manquant des laboratoires embarqués, qui va nous fournir de nouvelles données auxquelles les autres pourront être confrontées pour lever des doutes, faire apparaître des (im)possibilités ou de nouvelles logiques. C’est ainsi que progresse la Science.»


Pour en savoir plus:

Sites/pages des agences spatiales et autres organisations contributrices:

Autres sites:

Vidéo:

  • Brève présentation de la mission par le centre JPL (eng, mars 2018):
Publicité