Zappropos

Ames animales

Deux tempéraments, deux allures, deux légendes dès les années 1930. De Stock­holm et de Berlin, Hollywood les appelle toutes deux. Puis s’empresse de les faire maigrir toutes deux. Puis leur élégante sophistication les impose toutes deux. Le duel est engagé. La Metro-Goldwyn-Mayer, qui a promu Greta Garbo, belle, lointaine, inaccessible, et la Paramount, qui a fait s’envoler Marlene Dietrich, envoûtante, séductrice, explosive, entrent dans une féroce compétition, avec des rôles similaires. Le documentaire de Marie-Christine Gambart, L’Ange et la Divine , est passionnant. Car ces deux-là SONT le cinéma. Leur courte liaison romanesque est peu connue: «Ambivalences sexuelles, glamour, force de caractère, les deux reines ont plus en commun qu’elles ne voulaient publiquement l’admettre» (France 5, jeudi 19, 21h40; RTS Un, samedi 21, 11h30). Et les amateurs de cinéma seront gâtés ce week-end s’ils kiffent aussi les cérémonies sans fin: duel, encore!, entre Gaspard Ulliel chez Bonello (Saint Laurent) et Pierre Niney chez Lespert (Yves Saint Laurent) pour les Césars (Canal +, vendredi 20, 21h, en clair); et compète entre Birdman d’Iñárritu et The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson pour les Oscars (E! Entertainement, dimanche 22, 23h30).

–––

Une petite récolte d’artichauts sur l’île de Sant’Erasmo? Comme la cuisine italienne est de toute manière la meilleure du monde, n’hésitons pas à suivre Julie Andrieu dans le premier des trois épisodes qu’elle consacre à l’Italie du Nord dans Fourchette et sac à dos (Planète + Thalassa, mardi 17, 20h45). Plus inattendu: ses bœufs de Kobe, François-Xavier Craquelin leur fait boire du cidre et écouter Mozart! Et il les masse, aussi. Tout ça pour améliorer la qualité de leur viande (France 3, vendredi 20, 20h50). Qui est bien meilleure pour la santé que les céréales pour petit-déj’, trop grasses, trop sucrées, à bannir (France 5, dimanche 22, 20h40)!

–––

Deux «monstres» se rappellent à notre bon souvenir. Bismarck, qui, dans ses Mémoires, a voulu laisser à la postérité la marque des réussites glorieuses qu’il s’attribue tout en passant sous silence ses échecs et ses erreurs. Un documentaire très instructif relate les dernières années du chancelier, mort en 1898, et son enfance, «où pointait déjà son esprit rebelle» (Arte, samedi 21, 20h50). L’autre, c’est Charles de Gaulle, dont la télé rappelle les quatre intenses années entre l’appel du 18 juin 1940 et la descente des Champs-Elysées le 26 août 1944. Mais encore Charles avant De Gaulle, durant 14-18, et Charles versus François Mitterrand: quatre entrevues en 40 ans, rarement l’un face à l’autre, jamais l’un avec l’autre (France 3; mardi 17, 20h50; jeudi 19, 23h50). Ils n’ont évidemment pas pu se demander ce qu’il adviendrait d’une France hors de la monnaie unique. Bye bye l’euro le fait, en évaluant les conséquences que cela aurait pour les finances publiques, les marchés et la vie quotidienne (France 5, mardi 17, 20h40).

–––

Des animaux ferment la marche, Sauvés de l’extinction comme le condor états-unien ou le lycaon botswanais. Et quelques excentriques comme le seul perroquet au monde qui est incapable de voler (TV5Monde FBS, mercredi 18, 21h; RTS Deux, jeudi 19, 21h10).

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.