Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le pape François publie aujourd'hui son exhortation apostolique, «Joie dans l'Amour».
© ALESSANDRO DI MEO

Editorial

Avec «Amoris Laetitia», le pape mise sur le contexte contre la révolution et l’immobilisme

Dans une Eglise dominée par la centralité de la doctrine, le Pape François choisit, avec «Amoris Laetitia», d’insuffler à l’Eglise, par ce primat du cas par cas, ce taux d’oxygène et de liberté dont voulaient la priver les conservateurs

S’il fallait une preuve, une preuve de plus, qu’en François l’Eglise catholique s’est vraiment choisie un pape jésuite, ce sera sans doute l’exhortation apostolique que le Pontife vient de publier sous le beau nom d'«Amoris Laetitia» – «La Joie de l’amour».

Que devait-il y régler? Ce qu’il fallait penser aujourd’hui et maintenant de la famille, de l’amour parental, du divorce, des familles LGBT, des relations prémaritales, en tant que catholique. Voici deux ans maintenant, et deux synodes, que toute l’Eglise discute de ces sujets et que deux ailes s’affrontent en ses rangs. Ceux des théologiens, évêques et cardinaux qui défendent une certaine rigueur et une certaine pureté doctrinale. Et ceux qui réclament un grand coup de sac, plus d’ouverture, une rupture même avec certains dogmes.

Le pape rephrase avec habileté

L’habileté du pape en l’espèce, comme tout bon story-teller, c’est de rephraser le débat. Ce qui donne dans cette exhortation, une discussion entre ceux qui ont «un désir effréné de tout changer sans une réflexion suffisante» – entendez les progressistes. Et ceux qui ont «la prétention de tout résoudre en appliquant des normes générales» – entendez les conservateurs.

On l’a dit, François est un jésuite. A qui donne-t-il raison? Ni aux uns, ni aux autres, mais au contexte. En bon casuiste, il considère que les problèmes créés par les divorcés, les divorcés remariés ou par les relations prémaritales doivent se régler à la boussole des principes doctrinaux (qui indiquent la direction générale), mais en tenant compte du terrain, c’est-à-dire des cas particuliers, des histoires de vie de chacun. Ce qui donne dans le texte cette injonction à examiner «l’innombrable diversité des situations concrètes» et à tenir compte des «circonstances atténuantes» dans le discernement pastoral.

Les situations compliquées, comme sur Facebook

Ce traitement au cas par cas, cette prise en compte des situations compliquées – on dirait que François a lorgné sur Facebook et son statut «c’est compliqué» – qu’ordonne la miséricorde, décevra forcément ceux des progressistes qui auraient voulu que s’imposent avec clarté des ruptures plus marquées. Et que l’Eglise fasse un pas plus résolu en direction des homosexuels ou de la participation aux sacrements des divorcés.

Les sueurs froides des conservateurs

Mais dans le même temps, ce traitement casuistique au cas par cas donnera des sueurs froides aux conservateurs qui y verront l’Eglise menacée de relativisme moral et doctrinal.

Dans une Eglise dominée par la centralité de la doctrine, le Pape François choisit, avec «Amoris Laetitia», d’insuffler à l’Eglise, par ce primat du cas par cas, ce taux d’oxygène et de liberté dont voulaient la priver les conservateurs. Mais il n’abandonne pas la boussole et reste ancré dans les principes. Il joue le contexte contre la révolution et contre l’immobilisme.


Lire aussi : 

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)