La vie à 25 ans

Amour et téléréalité, un cocktail sucré

Romantique, Netflix met en ligne sa propre téléréalité sentimentale en ce 14 février, qui filme les rendez-vous galants de célibataires new-yorkais. Une énième déclinaison d’un concept usé mais qui nous fascine toujours, estime notre chroniqueuse

A la Saint-Valentin, il y a deux catégories d’êtres humains: ceux qui roucoulent niaisement autour d’un kir royal, et ceux qui regardent les autres roucouler niaisement autour d’un kir royal. Enfin, c’est tout du moins ce que semble suggérer Netflix, qui a choisi le 14 février pour dévoiler sa première téléréalité amoureuse, Dating Around. Timing prévisible, certes, mais idéal pour ceux qui voudraient célébrer Cupidon sans bouger de leur canapé.

Le concept? Il est effarant de simplicité. Dating Around suit la quête amoureuse de six célibataires, qui enchaînent les rendez-vous galants avec des inconnus dans la lumière tamisée d’un restaurant new-yorkais. Le tout filmé et compilé de façon si léchée qu’on croirait à une comédie romantique. Ou à un spot publicitaire pour Meetic.

Tests et île déserte

Je sais ce que vous pensez. Encore?! Depuis le Bachelor et ses roses imbéciles dans les années 2000, les téléréalités sentimentales ont pullulé, chaque déclinaison plus farfelue que la précédente. Les soupirants sont tour à tour lâchés sur une île, coachés par leurs mères, plongés dans le noir ou même soumis à des tests «scientifiques» pour leur dénicher un profil compatible – Mariés au premier regard, adapté d’un programme américain, cartonne sur M6. Mais ce sont les Néerlandais qui ont fait le plus fort: dans Adam Zkt. Eva, les tourtereaux se rencontrent pour la première fois… totalement nus.

Alors que la passion collective pour les émissions culinaires menace de retomber comme un soufflé, celles mettant en scène l’amour ont toujours le vent en poupe. Parce qu’elles satisfont nos désirs voyeuristes, certainement. Qui n’a jamais observé le couple à la table d’à côté, tentant d’attraper des bribes de leur conversation? L’intimité des autres fascine, alors si on nous la sert en gros plan et en prime time…

Reflet du réel

En particulier, on se délecte des silences gênants et des gros fiascos, se félicitant d’échapper à une telle humiliation télévisuelle. Mais il y a autre chose. La recherche de l’autre, de l’amour avec un grand «A», qui a tant enflammé la littérature et le cinéma. Ce parcours semé d’embûches, imprévisible et cruel aussi, parfois difficile à vivre, surtout aujourd’hui. A l’ère du swipe et du ghosting, voir deux personnes, deux «vraies» personnes, tomber amoureuses sous nos yeux, ça fait rêver.

On le sait, la téléréalité est probablement truquée et carrément soupe au lait. Mais elle nous renvoie à nos propres espoirs et insécurités, nous implique sans nous mettre en danger. Aussi jouissif qu’un verre de kir.


Chronique précédente

La gentillesse, une force plus qu’une faiblesse

Publicité