Charivari

Anne Emery-Torracinta, la peur au ventre

OPINION. Gouverner, c’est mandater, soutenir, faire confiance… La cheffe du DIP genevois veut-elle trop bien faire? Elle pèche en tout cas par excès de contrôle et de fébrilité, estime notre chroniqueuse

Dans l’affaire qui lui coûtera peut-être la tête, Anne Emery-Torracinta, cheffe du Département de l’instruction publique genevois, aurait dû assumer à fond. Déjà, assumer le fait qu’elle avait signé le mandat qui engageait le compagnon de sa secrétaire générale en toute bonne foi. Surtout, assumer à ce point la légitimité de cet engagement, qu’elle aurait dû inciter Marie-Claude Sawerschel, ladite secrétaire générale, à signer elle-même ce contrat.

«Sinon, vogue le navire»

Si Eric Wehrli est bel et bien le professionnel le plus à même de former les professeurs du collège à enseigner l’informatique, le fait qu’il partage la vie de sa mandataire ne doit pas interférer. C’est l’homme de la situation, le meilleur dans ce job, son CV fait la preuve de ses qualités? Sa situation privée n’est même pas un sujet. Il y a scandale et passe-droit quand le mandaté n’est pas compétent ou que l’emploi est fictif, comme dans l’affaire Fillon. Sinon, vogue le navire: la proximité, amicale ou amoureuse, ne nous concerne pas.

J’en veux pour preuve ce qui se pratique dans mon domaine journalistique – la critique de théâtre. De nombreux metteurs en scène engagent régulièrement leur compagne dans leurs spectacles sans que cette option pose problème. Hervé Loichemol/Anne Durand, Dorian Rossel/Delphine Lanza, Elidan Arzoni/Camille Bouzaglo, etc. Sur les scènes européennes, Frank Castorf/Jeanne Balibar. Les couples de plateau ne manquent pas et, toujours, on estime que si le ou la metteur(e) en scène a retenu sa moitié, c’est que l’élu(e) a les qualités requises pour le rôle distribué.

«Ne pas flipper»

Le tout est de ne pas flipper. Or, si Anne Emery-Torracinta est, dit-on, autoritaire et volontiers contrôlante, elle n’est pas une championne de la décontraction et de la confiance (en soi). Elle devrait prendre des cours chez son collègue Luc Barthassat, dont on raconte qu’il travaille dans la légèreté et la joie! Bon, sans aller jusque-là, suspendre sa plus proche alliée dans la précipitation, et de manière peut-être irrégulière, révèle chez la responsable du DIP une fébrilité qui ne colle pas avec sa fonction.

Gouverner, n’est-ce pas avoir confiance? Mandater, soutenir, laisser travailler ses collaborateurs avec l’intime conviction qu’ils choisissent toujours la meilleure – ou, s’il le faut, la «moins pire» – des options? Le problème d’Anne Emery-Torracinta n’est pas – je crois, je veux l’espérer – la malhonnêteté, mais la peur. Et, comme on sait, la peur est mauvaise conseillère (d’Etat).


Chronique précédente

Avoir ou ne pas avoir le pouce vert

Publicité