La célébration à Bâle les 28 et 29 août prochains du 125e anniversaire du 1er Congrès sioniste de 1897 interpelle sur ses intentions, ses messages politiques et médiatiques face à la situation actuelle de la Palestine occupée. Le sionisme, comme mouvement national du peuple juif visant à la formation d’un «foyer national juif» et à «l’auto-détermination du peuple juif en Terre d’Israël» a joué un rôle majeur dans la création de l’Etat d’Israël en 1948, avec l’appui de la Déclaration Balfour (1917) et du mandat britannique. A la suite de la Deuxième Guerre mondiale et la terrible Shoah ainsi que la fin en vue du mandat britannique, l’Assemblée générale de l’ONU adopte en novembre 1947 le Plan de partage de la Palestine définissant deux Etats indépendants – arabe et juif – et un régime international pour la ville de Jérusalem, avec des frontières définies. Tensions, guerres, exodes, destructions s’ensuivront. L’Etat d’Israël, créé en mai 1948, est depuis mai 1949 membre de l’ONU.