La Chine détient arbitrairement nombre d’avocats des droits de l’homme, en secret dans des cas extrêmes, lorsque le régime estime que leur pratique entre en conflit avec ses intérêts. L’action la plus spectaculaire reste à ce jour la «répression 709». Le 7 juillet 2015, plusieurs centaines d’avocats et de défenseurs des droits avaient été détenus ou persécutés. Certains furent torturés ou maltraités durant leur détention. Depuis, il semble que le pouvoir a mis au point une nouvelle procédure pour faire taire les avocats des droits de l’homme. Il s’agit de les priver de leur moyen de subsistance en réexaminant, en retirant ou en suspendant leur permis professionnel et leur droit d’exercer leur métier. On peut diviser cette «stratégie» en trois parties.