éditorial

Comment les apps ont mangé le monde

EDITORIAL. L'App Store d'Apple a 10 ans. Ou comment une idée à laquelle Steve Jobs ne croyait pas vaut aujourd'hui 100 milliards

En l’espace de deux décennies, le rêve d’une génération s’est réalisé. A la fin des années 90, les dotcoms avaient donné le goût du web au plus grand nombre. Mais, après une crise financière et beaucoup d’excès dans la valorisation des sociétés internet, beaucoup pensaient que cette technologie avait non seulement fait tourner la tête des financiers mais qu’elle avait fourvoyé le grand public. L’informatique restait, après tout, un domaine principalement réservé au monde de l’entreprise.

Jusqu’à ce qu’Apple lance l’iPhone et dans la foulée son App Store, qui fête ses 10 ans. Pour la firme à la pomme, rentrer dans le marché des téléphones et réussir à créer un écosystème autour de sa «boutique d’applications» fut un coup de génie. Nous en sommes aujourd’hui à 170 milliards de téléchargements, 30 milliards de revenus pour l’entreprise de Cupertino et 100 milliards reversés aux développeurs. Un feu d’artifice, alors que Steve Jobs ne croyait pas à cette idée au départ. Puriste, le fondateur d’Apple craignait que des développeurs extérieurs ne contaminent avec leurs bugs l’univers de l’iPhone.

À ce sujet: L'App Store, machine à créer du cash

Télécharger un logiciel nécessitait une certaine expertise avant 2008. Ce plafond de verre a volé en éclats quand cette action s’est résumée à tapoter sur un écran. Le logiciel s’est, dès lors, emparé du monde. Alors que beaucoup s’écrit sur l’intelligence artificielle aujourd’hui, il est flagrant de constater à quel point le tsunami des apps n’a pas été anticipé. Cela a pourtant tout changé. Des compagnies entières se sont bâties autour de cette simple icône sur notre smartphone, leur permettant d’atteindre un maximum de monde avec un minimum de frictions. Tout en faisant la fortune d’Apple…

Alors que certaines jeunes générations se demandent pourquoi il existe des bâtiments à l’effigie de leurs applications préférées – des magasins ou des agences bancaires, par exemple –, des compagnies parmi les plus puissantes du monde ont pour socle cette porte d’entrée virtuelle. D’Instagram à Netflix, en passant par Uber, ces titans qui ont bouleversé leur secteur se consomment via une application. Apple a créé une place de marché mondiale qui ne cesse de s’étendre.

Ce succès gigantesque a son côté sombre. Bon nombre d’apps sont conçues pour nous rendre accros. On ne supporte plus les pastilles rouges de nos alertes qui nous ordonnent d’agir et on cherche constamment la récompense obtenue en découvrant qui nous suit, nous aime ou veut nous parler. Les utilisateurs que nous sommes ne savent plus rien faire sans leur smartphone bourré d’apps. En dix ans, le monde a bien changé: il se trouve désormais au fond de notre poche et accessible en une touche.

Publicité