L’émission Forum de la RTS s’interrogeait lundi dernier sur l’avenir des partis une fois la pandémie passée. La question est intéressante, revenons-y. En pleine crise, les mesures qui ont été prises étaient toutes propices au corpus politique de la gauche. Sous la houlette des deux socialistes du gouvernement, un Etat providence a été instauré, fort, omniprésent, centralisateur et dispensateur de prestations sociales. Quant à la gauche écologique, elle s’extasiait sur la pureté de l’air, la transparence des eaux et la baisse du taux de CO2… mais la population se faisait in petto la réflexion qu’il avait fallu, pour obtenir ces améliorations, une sévère restriction des libertés individuelles, un arrêt total de la mobilité, la fermeture des frontières, et nuire durablement à des pans entiers du tissu économique. Les Verts se seraient bien passés de cette démonstration grandeur nature!