L'après-guerre livre son lot d'horreurs et de surprises. Horreur: les preuves des massacres d'Albanais au Kosovo. Surprise: la confirmation que l'OTAN a menti en affirmant avoir anéanti en grande partie la «machine de guerre» serbe; l'armée de Belgrade – si le pays est en partie détruit – sort de la guerre à peu près intacte. (Lire en page 3.) C'est bien sûr une des clés du pouvoir maintenu de Slobodan Milosevic. (Lire en page 5.)

Dans l'héritage de cette guerre, il y a aussi le prévisible: l'exode des Serbes qui malgré tous les appels au retour ne seront plus qu'une minorité résiduelle au Kosovo. Ils partent, et certains en Occident s'en réjouissent, comme ils s'étaient déjà réjouis de l'épuration des Serbes des Krajina; l'ampleur de l'exode, disent ces cyniques, est à la mesure de l'ampleur des crimes commis.

La province, protectorat ambigu, est aux mains de la KFOR onusienne et de l'UÇK. La première dit vouloir maintenir le Kosovo dans les frontières serbes. La seconde veut l'indépendance, et il sera difficile de lui refuser longtemps des élections ou un référendum qui lui permettront d'imposer son projet.

Les Albanais vivent la situation inconfortable d'une dispersion dans plusieurs pays: Albanie, Macédoine, Yougoslavie, Grèce. L'oppression les a conduits à vouloir vivre dans leur Etat. Les Serbes connaissaient aussi cette condition compliquée, et dans la désagrégation de la Fédération yougoslave, ils ont voulu rassembler tous les Serbes dans un Etat, ou que tous les Serbes aient leur Etat. Au bout de l'entreprise, en raison surtout des moyens intolérables qu'ils avaient mis en œuvre, ils n'ont connu qu'un échec absolu. Pire: leurs menées guerrières ont contribué à créer sur les cendres yougoslaves (avec l'aide de l'Occident) des Etats ethniquement homogènes: la Slovénie, la Croatie, les morceaux de Bosnie, bientôt le Kosovo. Ne reste dans les frontières de l'ancienne Fédération qu'un seul Etat multiethnique, avec 200 000 Musulmans dans sa capitale, d'autres dans le Sandzac, vingt nationalités dans la province septentrionale de Voïvodine. C'est la Serbie…

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.