Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La France peut soit endiguer le tsunami populiste renforcé par le séisme Trump, soit glisser dans le même fossé que celui creusé par la campagne électorale du milliardaire aux Etats-Unis.
© Daniel Ochoa de Olza

Editorial

Après l’Amérique, la France à l’épreuve

Après une année marquée par le terrorisme et la fièvre sécuritaire, la France cherche à panser ses blessures. Mais à l’approche de l’élection présidentielle, la menace de succomber à l’appel du populisme devient de plus en plus grande

Il y a un an, Paris plongeait dans une nuit de cauchemar. 130 personnes tuées par trois commandos terroristes répartis sur trois cibles, chacune emblématique: le Stade de France, chaudron sportif national; le Bataclan, salle de concerts et de fêtes; les terrasses branchées du Petit Cambodge, de la Bonne Bière et de la Belle Equipe. Une année de fièvre sécuritaire a suivi, rythmée par l’état d’urgence et par d’autres attentats, dont la tragédie de Nice du 14-Juillet. Une année à l’issue de laquelle beaucoup de questions restent à élucider, avec ces blessures qui ne sont pas refermées.

C’est cette France-là, toujours convalescente et déjà happée par la présidentielle de 2017, que l’élection de Donald Trump met aujourd’hui à l’épreuve. Promesse de surenchère sécuritaire et policière, dénonciation outrancière d’une élite politique discréditée, menaces envers les migrants illégaux et les musulmans… Tous les mots d’ordre qui ont permis au président américain élu d’accéder à la Maison-Blanche ont un écho dans l’Hexagone, où le Front national, rappelons-le, a atteint aux régionales de décembre 2015 son record historique, avec près de sept millions de voix.

La réponse qui sortira des urnes les 23 avril et 7 mai 2017 s’annonce dès lors encore plus décisive. Pays du débat intellectuel roi dont l’histoire contemporaine charrie son lot de soumissions à des idéologies fétides, mais aussi terre de révolutions et d’insurrections populaires, la France peut soit endiguer le tsunami populiste renforcé par le séisme Trump, soit glisser dans le même fossé que celui creusé par la campagne électorale du milliardaire aux Etats-Unis. Avec, dans les deux cas, un impact maximal sur l’avenir politique de l’Europe, entre négociations communautaires sur le Brexit britannique et élections allemandes d’octobre 2017.

Autant dire que, dans ces conditions, le déni de réalité socio-économique si français et la tentation permanente des élites politiques traditionnelles de répondre au Front national par de seuls arrangements tactiques et des fronts «républicains» droite-gauche ne sont plus tenables. Autant dire également que la perspective d’une nouvelle candidature de François Hollande, devenu le fantôme de son quinquennat à force de confidences et d’impopularité abyssale, vire à la provocation. Autant dire enfin que la trumpisation d’un Nicolas Sarkozy, tenté de faire oublier ses ratages élyséens sous un flot de promesses intenables, n’inspire rien de bon.

77% des Français, selon un sondage du Monde, estiment que leur système politique fonctionne de moins en moins bien. 32% pensent que d’autres systèmes peuvent être aussi bons que la démocratie. 20% plaident pour un régime autoritaire. Telle est la réalité à laquelle le favori Alain Juppé, l’outsider François Fillon, le premier ministre Manuel Valls, ou le candidat-pas-encore-déclaré Emmanuel Macron doivent d’urgence répondre. Pour empêcher que la colère du 13-Novembre, attisée par Trump, ne propage un incendie.


Lire également:

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)