Opinion

Arguments verts pour RFFA

OPINION. Bien que les Verts soient, comme parti national, partenaires du référendum contre le projet couplant réforme des entreprises et aide à l’AVS, un tiers de leurs parlementaires nationaux dont moi ne partagent pas cette opinion, explique Daniel Brélaz

Bien que les Verts soient, comme parti national, partenaires du référendum contre le projet couplant réforme des entreprises et aide à l’AVS, un tiers de leurs parlementaires nationaux dont moi et plusieurs conseillers d’Etat, anciens conseillers d’Etat et membres d’exécutifs communaux ne partagent pas cette opinion. C’est également le cas de deux sections cantonales (Vaud et Bâle-Ville). Nos raisons, apparemment suivies par une moitié de l’électorat vert, sont exposées ci-après.

En cas de non, les statuts spéciaux devraient être prolongés de cinq ans. Cela devrait nous valoir la liste noire de l’OCDE et beaucoup d’ennuis internationaux. De plus les multinationales continueraient à être nettement favorisées fiscalement par rapport aux entreprises suisses. Une des porte-parole du non a clairement dit qu’elle donnerait cinq ans aux multinationales pour s’arranger avec les cantons.