Lors de son «Discours sur l’état de l’Union» (le mimétisme verbal avec les USA est ici patent), Ursula von der Leyen assénait: «Il ne s’agit pas seulement d’une guerre déclenchée par la Russie contre l’Ukraine. C’est aussi une guerre contre notre énergie. C’est une guerre contre notre économie.» Elle a tort, car la Russie n’a jamais déclaré de guerre énergétique ni de guerre économique à l’Europe, elle s’est contentée, et c’est déjà beaucoup, d’envahir l’Ukraine. Ce sont les sanctions qui ont provoqué une situation énergétique problématique, s’ajoutant à des décisions antérieures de gouvernements de beau temps. Quant à la crise économique, elle datait également d’avant le conflit en Ukraine, suite à la pandémie mais, surtout, à la longue politique monétaire laxiste des banques centrales occidentales. Beau temps, disais-je…