Passant de 5 à 10% des intentions de vote à l’élection présidentielle française de 2022 en quelques semaines, le polémiste multiplie les déclarations. En de pareilles circonstances, il est pertinent de s’interroger sur la soutenabilité de la dynamique qui l’alimente.