Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
n/a
© DR

Opinion

Attaque frontale contre «Ma thèse en 180 secondes»

Ma thèse en 180 secondes reflète l’enthousiasme grandissant des universitaires pour les joutes oratoires formatées et minutées. Mais est-ce un bien? Ian Florin, de l’Université de Genève, en doute fortement

En juin dernier, un public nombreux se pressait à l’Université de Lausanne pour voir des jeunes chercheurs suisses romands s’essayer à un exercice d’un nouveau genre. Top chrono! Trois minutes pour rendre la plus compréhensible et intéressante possible une thèse de doctorat sur la régénération des nageoires du poisson zèbre et être sacré vainqueur du soir par le jury. Performance d’ailleurs réitérée lors de la finale internationale, le 29 septembre dernier à Rabat, où cette présentation a obtenu le premier prix.

«Ma thèse en 180 secondes» reflète l’enthousiasme grandissant des universitaires pour les joutes oratoires formatées et minutées. Et pour cause: en ces temps de restrictions budgétaires, le milieu académique voit dans ce type de compétitions un bon moyen de faire sortir la recherche scientifique des murs de l’université, en présentant son travail au grand public dans des ambiances dignes des meilleures Keynote californiennes.

En vidéo. L’un des vainqueurs de cette année, portant sur l'«Etude du rôle de la Neutrophil Gelatinase Associated Lipocalin dans les effets cardiovasculaires de l’activation du récepteur minéralocorticoïde»

Recherche et logique néolibérale

Plutôt que de céder à l’engouement général, il semble important de poser sur ces concours un regard critique, tant ceux-ci apparaissent comme des manifestations de la soumission croissante du secteur de la recherche scientifique à des logiques capitalistes. D’aucuns diront que c’est l’époque qui veut ça! Le monde universitaire – tel que dépeint dans la politique européenne depuis bientôt vingt ans – ne peut se soustraire aux dynamiques néolibérales qui veulent que seuls survivent les plus entreprenants et les plus méritants. Bingo. Le monde académique s’apparente aujourd’hui à un marché ouvert, au sein duquel les chercheurs s’entre-déchirent afin d’obtenir des postes stables et prestigieux et où les universités s’affrontent pour obtenir des fonds et attirer les collaborateurs les plus brillants.

De fait, il n’y a plus de recherche sans système de comparaison censé arbitrer la course perpétuelle à l’excellence scientifique, dont la mesure est au moins approximative sinon partiale, quand elle ne relève pas carrément d’une loterie.

Le savoir scientifique est devenu pour les chercheurs un véritable capital que les techniques de marketing permettent de faire fructifier pour gagner en visibilité et donc en compétitivité sur le marché. Les concours de thèses en 180 secondes cristallisent le glissement néolibéral décrit ici, en rendant positive et ludique la compétition entre chercheurs et en récompensant les doctorants pour leur bagout de vendeur plutôt que pour leur rigueur scientifique.

Les limites de la simplification et de l’anecdotique

Dès lors, on ne peut que s’inquiéter pour la qualité et la diversité des recherches quand le travail des scientifiques est guidé moins par la scientificité ou l’éthique que par l’opportunisme carriériste ou la simple communication des résultats. En cultivant un ethos de l’enthousiasme autour de la science, ce carcan restreint et balise les domaines de recherche: tout travail scientifique n’est pas propice à l’anecdote bien sentie ou susceptible de susciter l’intérêt en trois minutes. Ainsi, certaines recherches – trop complexes, ennuyeuses, inutiles, pas immédiatement rentables, voire subversives – ou ceux qui les portent sont difficilement conciliables avec les impératifs de simplification et de spectacularisation prescrits par ce genre de concours.

A ceux qui disent que la marchandisation du savoir est un mal nécessaire pour établir le lien entre recherche et société, on répondra que le type de vulgarisation qu’elle promeut porte une conception rétrograde et infantilisante de la Science, où l’expert doit convaincre un public profane en termes simples et efficaces. On peut se demander si la construction d’un monde académique véritablement accessible et au service de la cité ne passe pas au contraire par la contestation de certaines dynamiques néolibérales. L’université a-t-elle pour vocation de fabriquer des produits finis pour un public consommateur? Ne devrait-elle pas viser l’apprentissage mutuel en favorisant les rencontres via des cours publics ou des manifestations scientifiques? Si l’université veut s’engager dans le débat public, elle le fera bien mieux en encourageant le citoyen derrière le chercheur plutôt que le marchand de tapis.


Ian Florin, assistant, Pôle de Gouvernance de l’Environnement et de Développement Territorial, ‪Institut des Sciences de l’Environnement, ‪Université de Genève

*Voir à ce sujet les contributions d’Ola Söderström dans ce même journal, qui s’est interrogé sur les termes et les dérives de la course à l’excellence scientifique.

A lire ici: Quand la course au ranking académique mène au suicide

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)