L’Australie aurait dû informer la France plus clairement qu’elle renonçait à sa commande des sous-marins de Cherbourg en raison des nouvelles orientations de sa politique de sécurité. C’est à elle qu’il incombait de prévenir Paris de la nouvelle direction qu’elle prenait en raison de la détérioration de l’environnement géostratégique depuis 2016, date de l’achat des sous-marins français. L’expansion militaire de la Chine s’est accompagnée de tensions politiques et commerciales spécifiques entre Canberra et Beijing qui ont entraîné une révision de la stratégie australienne.