Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Aurélie Dotremont, à son époque «crevette».
© Youtube.com

Charivari

Aurélie Dotremont, une femme plateau comme les autres

OPINION. Jusqu’ici 100% naturelle, la starlette de la téléréalité a craqué et s’est fait booster seins et fesses. En prenant dans du gras amassé exprès pour ça. Barbare? A voir, selon notre chroniqueuse

Le week-end dernier, Aurélie Dotremont s’est fait augmenter les fesses et les seins. Vous ne connaissez pas Aurélie Dotremont? Moi non plus, jusqu’à hier, mais j’avais tort. Car, parmi toutes les starlettes de la téléréalité, cette jeune Belge de 27 ans était, avant un voyage esthétique en Tunisie, l’emblème du 100% naturel.

Depuis 2011, la native de Zellik a traversé Carré ViiiP, L’île des vérités, Les anges de la téléréalité, Moundir et les apprentis aventuriers, Les Marseillais et les Ch’tis VS le reste du monde et, plus récemment, Les princes et les princesses de l’amour, sans toucher à son corps de «crevette» de 44 kilos pour 1,62 m. Mais, après sept ans de critiques et beaucoup de larmes versées, celle qui vient d’intégrer La villa des cœurs brisés a décidé de gonfler là où il fallait pour correspondre aux standards du RnB.

Ça fait son petit effet

La starlette a raconté sans fard la technique employée. Et ça fait son petit effet. Sur son compte Snapchat, comme le relaie Voici, la jeune femme a expliqué qu’elle avait pris du poids, 10 kilos, exprès, de sorte à que cet excès de gras (ingrat) soit aspiré et réinjecté dans son fessier. Cette méthode, qui s’appelle le filling, a pour mérite de ne pas imposer au corps un élément étranger, d’autant que, d’ordinaire, le gras est déjà là… Entre autres sujets, la chirurgienne plastique Isabelle Sarfati a décrit ce procédé dans Le Temps récemment. Pour les seins, Aurélie Dotremont a recouru à des prothèses classiques, mais les fesses, donc, c’est du home made.

Un moment de stupeur

Forcément, on a un petit moment de stupeur face à cette info. Prendre du poids exprès, 10 kilos quand même et sans doute pas du bon gras type oméga-3, pour mettre ce gras ailleurs, le procédé laisse un peu sans voix. On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, certes, mais on se dit qu’il y a quelque chose de malsain à manipuler ainsi son organisme pour atteindre un idéal (temporaire) féminin.

J’ai d’abord pensé ainsi et puis je me suis souvenue de ces femmes girafes d’Afrique et d’Asie qui allongent leur cou à force de colliers. Ou de ces femmes à plateau d’Ethiopie dont la bouche est déformée par un disque implanté. Ou encore de ces guerriers qui se scarifient. Si on respecte ces traditions, pourquoi condamne-t-on les manipulations d’Aurélie? Parce que les premières sont symboliques et rituelles alors que les secondes sont esthétiques et superficielles? Peut-être. Mais souhaiter appartenir à la caste des pulpeuses qui incarnent la nouvelle tendance dominante de nos contrées peut aussi avoir sa légitimité.


Chronique précédente

J’ai arrêté de boire… ou presque

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)