La Confédération annonce l’introduction d’autotests antigéniques rapides à compter du 7 avril 2021 pour un total escompté de 40 millions d’analyses couvert par un budget excédentaire de 1 milliard de francs. Comme principales mesures d’accompagnement à ce deuxième pilier du dépistage de masse du SARS-CoV-2, l’utilisation restreinte de tests remplissant les critères minimaux de performances analytiques émis par l’OMS (sensibilité > 80%, spécificité > 97%) et la nécessité de confirmer le test auprès de son médecin ou en pharmacie sont annoncés. Du point de vue des performances des tests pressentis, des pratiques prévalant en médecine de laboratoire, et des développements à l’international, ces mesures interrogent d’autant que les investissements financiers et enjeux logistiques d’une telle stratégie sont majeurs.

Lire aussi: Ce qu’il faut savoir sur les autotests, bientôt en pharmacie