A chaque partie du monde ses plantes prodige. Si l'Europe possède le miscanthus giganteus, l'Amérique du Nord a une autre géante, le panic raide (switchgrass), et les pays en développement disposent d'un arbuste prometteur, le jatropha. Entre autres.

Le panic raide est l'une des plantes les plus courantes dans la région des grandes plaines, aux Etats-Unis. Haute de 2 mètres, elle est communément utilisée pour nourrir le bétail et protéger les sols de l'érosion. Sa croissance rapide, sa sobriété et sa faculté d'adaptation en font une bonne candidate à la production de biocarburant à côté du miscanthus, également très prisé outre-Atlantique. Le président George Bush en d'ailleurs a parlé en ce sens lors de son message à l'Union en 2006.

Le jatropha prolifère, lui, dans les régions semi-arides. Très résistant, il donne annuellement, et pendant plus de trente ans, deux à trois kilos de fruits dont est tirée une huile facile à transformer en biodiesel. Quatre kilos permettent de produire un bon litre de carburant. L'Institut indien de l'énergie et des ressources, à New Delhi, vient de lancer un programme de 9,4 millions de dollars sur dix ans pour faire passer cette culture encore artisanale au stade intensif. D'ici à mars 2008, les chercheurs espèrent convaincre des milliers d'agriculteurs de participer à un test grandeur nature sur 8000 hectares dans l'Andhra Pradesh.

A lire: «Jatropha curcas, le meilleur des biocarburants - Mode d'emploi, histoire et avenir d'une plante extraordinaire», de Jean-Daniel et Elsa Pellet, Ed. Favre, Lausanne, 2007, 64 pages.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.