L’enjeu des prochaines élections européennes est simple, mais lourd de conséquences: il s’agit d’une élection pour ou contre l’Europe. Très bruyantes, (trop) bien relayées par les médias, les forces populistes en Italie, Hongrie, Pologne, France, Allemagne et dans les pays scandinaves vont progresser et atteindre quelque 25% des voix. Assez pour exister, dénoncer, qui sait proposer, pas assez pour mettre en danger les principes de paix, de liberté et de prospérité à la base de l’Union européenne (UE).

Lire aussi: Elections européennes: objet démocratique non identifié