Récemment dans un éditorial, Madeleine von Holzen, rédactrice en chef, affichait un «oui féministe» et qualifiait la lutte contre AVS 21 d’anachronique.