Opinion

Le Banc de Vaclav Havel à Genève

OPINION. Genève fait partie d’un réseau de 25 villes européennes accueillant un monument à la mémoire de Vaclav Havel. Marcela Salivarova Bideau explique pourquoi

J’ai lu avec beaucoup d’émotion l’éditorial et l’article de Stéphane Bussard consacrés au 30e anniversaire de la Révolution de velours et de l’élection de Vaclav Havel à la présidence de la Tchécoslovaquie: «L’Europe et le monde ont besoin d’un Vaclav Havel» [LT du 28.12.2019]. Pour Vaclav Havel, dramaturge et écrivain, la parole avait un sens. En rompant net avec les années de la langue de bois, ses discours ont fait date. Son appel à l’engagement civique aussi; «parler vrai» peut faire mal, «parler vrai» ne change rien si personne n’écoute. «Parler vrai» peut changer des choses si l’on trouve un écho dans la «rue».

Depuis le 16 novembre 2018, un monument à la mémoire de Vaclav Havel existe à Genève. Ce n’est ni une statue ni un buste de Havel levant le bras en signe de victoire, c’est une installation artistique. Son auteur, Borek Sipek, souhaitait matérialiser les convictions profondes de Vaclav Havel: apprendre à parler vrai, à écouter, à chercher ensemble des solutions et à trouver des compromis. Une table ronde, sous l’ombre d’un tilleul, deux chaises portant la signature de Vaclav Havel, un cœur rouge invitent au dialogue.

Lire aussi: De la marginalité littéraire et de la dissidence à la présidence: l’incroyable destin de Vaclav Havel

Réseau de 25 villes

L’œuvre s’appelle Havel’s Place ou La Démocratie par le dialogue, mais les Tchèques la désignent communément comme «le Banc de Vaclav Havel». L’installation genevoise, au Jardin des Alpes, à deux pas de l’Hôtel Beau-Rivage (où, en 1918, l’acte de la création de la Tchécoslovaquie fut signé par son premier président, T. G. Masaryk), n’est pas unique. Elle entre dans un réseau de 25 villes européennes. La première installation a été inaugurée en 2013 à Washington.

L’amour et la vérité doivent triompher de la haine et du mensonge

«Le Banc de Vaclav Havel» a été offert à la ville de Genève par l’Association Olga Havel – branche helvétique, membre de la Fondation Olga Havel à Prague. Le mouvement de solidarité citoyenne lancé par Olga Havel, la femme du président, en 1990, sous le nom du Comité de bonne volonté, a créé un précédent dans un pays où n’importe quel handicap, physique ou social, était sous la seule responsabilité de l’Etat. Olga Havel a été la première personne à demander l’ouverture des portes des établissements pour les personnes handicapées afin de les intégrer dans la vie de tous les jours. En accord avec Olga Havel, notre branche helvétique a organisé en Suisse des séjours de vacances d’enfants tchèques vivant dans des foyers. Nous continuons à participer au Fonds de l’éducation de la Fondation Olga Havel.

Le credo de Havel

Tout cela a pu se faire grâce à l’aide de nos compatriotes et concitoyens suisses, des cantons romands, et particulièrement du canton et de la cille de Genève, des communes genevoises. A travers ce Banc et notre association, l’esprit des Havel, Vaclav et Olga, continue à vivre. J’allais oublier: gravé sur le pourtour de la table ronde, on peut lire, en tchèque et en français, le credo de Vaclav Havel: l’amour et la vérité doivent triompher de la haine et du mensonge.

Publicité