En 2007, la Banque nationale suisse (BNS) lançait Iconomix, un programme de formation et des ressources didactiques largement utilisées dans toute la Suisse par les enseignant.e.s d’économie du post-obligatoire. La lecture de ces ressources révèle des biais idéologiques pour le moins inquiétants. Pour rappel, la BNS est une société anonyme sous contrôle de la Confédération dont le mandat est de «mener la politique monétaire suisse dans l’intérêt général du pays».

En finançant Iconomix, son intention déclarée est de «renforcer l’éducation économique de base ainsi que la compréhension des mécanismes économiques au sein de la population suisse», sans associer «d’intérêt commercial ou politique à son offre». Or la charte d’Iconomix contient une contradiction fondamentale: si la BNS déclare proposer un contenu «équilibré, diversifié et idéologiquement neutre», elle s’appuie pour cela sur le «state of the art» en matière de manuels de «mainstream economics». Tout comme la politique monétaire de la BNS n’est pas neutre, ses ressources transmettent une vision de l’économie réduite aux théories économiques néo-classiques et soutiennent le projet politique productiviste.