Voici donc qu’en l’an de grâce 2017, la Belle au bois dormant se rendormit pour l’éternité et tomba dans l’oubli. Cette mort définitive lui fut portée par une avocate britannique, refusant au prince charmant le droit de l’embrasser sans autorisation préalable, alors qu’elle reposait depuis longtemps au fond de son château envahi par les ronces. Selon cette juriste, ce baiser non consenti véhicule «un message sexuel inapproprié» susceptible de pervertir tous les petits garçons. A ce titre, ce conte incontournable depuis que Charles Perrault en a fixé l’histoire dramatique et édifiante, il y a trois cent vingt ans, devrait être supprimé des programmes scolaires et des librairies. Le triomphe de l’amour sur la mort est aboli, les femmes d’aujourd’hui doivent s’y faire et assumer leur terrible choix!

Inculte censure

Toujours en Grande-Bretagne, c’est un tableau du XIXe siècle qui fut décroché d’une salle du Manchester Art Gallery sous prétexte qu’il «présente le corps des femmes soit en tant que forme passive décorative, soit en tant que femme fatale». La toile représente le jeune Hylas entouré des nymphes qui l’avaient séduit (tiens, tiens!) et amené à partir avec elles en délaissant ainsi ses compagnons d’aventure. La censure, comme toujours, se montre inculte puisqu’elle semble ignorer que les nymphes étaient réputées pour leur beauté et leurs mœurs libertines, ce pourquoi le peintre les a représentées comme telles, avec les corps photoshopés de nos mannequins d’aujourd’hui et dans l’attitude faussement ingénue des vraies séductrices.

Le registre musical n’a pas échappé à Anastasie, vieille mégère sournoise, qui s’est permis de réinterpréter Carmen en lui faisant tuer don José à la fin du dernier acte au lieu d’être assassinée elle-même comme le voulait l’auteur. Là, le metteur en scène a vulgairement surfé sur l’actualité pour faire parler de lui car sa Carmen vengeresse n’est pas si exceptionnelle qu’il le prétend, la Tosca de Puccini n’ayant pas hésité à assassiner au corps à corps l’ignoble baron Scarpia qui tentait de la violer. D’ailleurs, de nombreuses autres héroïnes de littérature sont loin d’être de pauvres femmes abusées ou confinées dans une féminité gnangnan.

Féminisme victimaire

Malheureusement, en voulant expurger les grandes œuvres ou les faire disparaître des programmes scolaires sous prétexte qu’elles ne conviennent pas à notre vision moderne des relations entre hommes et femmes, nos autodafés modernes brûleront aussi bien la languissante Madame Bovary que la courageuse Antigone, autant la légère Manon Lescaut que la fidèle Roxane, autant la vertueuse Henriette de Mortsauf que la Chimène exaltée, autant la libertine marquise de Merteuil que la raisonnable Jane Eyre… De fil en aiguille, c’en sera fini des grandes œuvres et de la liberté d’expression car, un combat chassant l’autre, de nouvelles raisons de censure apparaîtront. Dans son roman prémonitoire 1984, George Orwell décrit un Ministère de la Vérité supprimant toutes les traces historiques ne correspondant pas à l’Histoire Officielle, et il montre l’émergence d’une novlangue dont le vocabulaire minimaliste empêche toute pensée construite et vivante.

Pendant que le féminisme victimaire expurge les programmes scolaires et s’en prend aux œuvres d’art, la publicité à laquelle nul n’échappe, du bambin au vieillard, véhicule une image de la femme autrement plus critiquable. Attitudes lascives, postures quasi pornographiques ou soin narcissique de leur corps («Parce que je le vaux bien»), d’une part. Amour immodéré des travaux ménagers, de la lessive la plus efficace ou du Monsieur Propre le plus musclé, d’autre part. Tous les stéréotypes sont là. Ce n’est pas la moindre des contradictions de nos censeurs actuels, tous domaines confondus, que leur incursion permanente dans le passé pour en réviser la conformité, et leur attentisme prudent face aux dérives bien concrètes auxquelles, hic et nunc, ils devraient fermement s’attaquer.


Chroniques précédentes:

Le Temps publie des chroniques et des tribunes – ces dernières sont proposées à des personnalités ou sollicitées par elles. Qu’elles soient écrites par des membres de sa rédaction s’exprimant en leur nom propre ou par des personnes extérieures, ces opinions reflètent le point de vue de leurs autrices et auteurs. Elles ne représentent nullement la position du titre.