Combien de fois avons-nous entendu que les femmes cesseront de vivre plus longtemps que les hommes. Car leur mode de vie a changé; elles ont des emplois stressants et difficiles comme leurs collègues masculins et beaucoup d’entre elles fument. Toutefois, les statistiques ne confirment pas ces présomptions. En général, les femmes vivent 6 à 8 ans plus longtemps que les hommes. À partir de 65 ans, les femmes sont plus nombreuses que les hommes et à 85 ans, il y a deux femmes pour chaque homme. Après l’âge de cent ans, il y a seulement un homme pour 6 femmes.*

Il semble même que les femelles de toutes espèces vivent plus longtemps que les mâles. Peut-être ont-elles des mécanismes de «réparation» plus efficaces dans leurs cellules et peuvent-elles plus facilement corriger les dégâts qui arrivent progressivement avec l’âge. Peut-être que la testostérone est mauvaise pour la survie à long terme; une étude a montré que des hommes castrés ont une longévité de 14 ans supérieure à leurs congénères masculins.

Les femmes ont tendance à se soigner plus que les hommes. Elles ont un comportement plus prudent, elles vont voir un médecin plus souvent, elles ont un taux de suicide plus bas et moins d’accidents de voiture mortels. Elles boivent moins d’alcool et sont plus prudentes dans leur régime. Les hommes ont l’air d’être plus sains que les femmes, mais ils meurent plus jeunes. Malgré leur faiblesse dans le grand âge, les femmes survivent plus longtemps que les hommes vieillissants.

C’est ainsi que la population du monde vieillit inexorablement. Les gens vivent plus longtemps et ils ont moins d’enfants. 80 ans est le nouveau 65! En 2050, dans le monde «développé», une personne sur trois sera retraitée et le monde «en voie de développement» nous rattrapera rapidement. En vieillissant, la population mondiale devient plus féminine. Ceci aura des conséquences énormes sur le plan économique, social et politique.

Les entreprises devront accepter que plus de femmes fassent partie de leurs employés. De plus, beaucoup de ces femmes seront plus âgées et il sera nécessaire de les aider à s’adapter aux nouvelles technologies. Il est bien connu que les «vieux» cerveaux n’apprennent pas aussi vite que les «jeunes», mais ils peuvent retenir de nouvelles informations tout aussi bien.

Les usines devront s’adapter par l’installation de nouvelles chaises, de tables ajustables, de chaussures plus confortables et de verres grossissants. Il sera crucial de modifier les services médicaux et les programmes de retraite.

Les plus âgés votent davantage que les jeunes, ce qui aura pour conséquence que les femmes ayant passé l’âge de la retraite seront la nouvelle cible des politiciens.

Ces femmes âgées auront besoin de plus de maisons de retraite, leurs époux étant décédés depuis de nombreuses années. Elles voudront maintenir un niveau de vie élevé, elles voudront voyager non seulement pour leur plaisir mais aussi pour du tourisme médical. Bien sûr qu’il y aura aussi des hommes vieillissants qui voudront bénéficier de ces mêmes avantages, mais la plus grande partie de la population sera toutefois féminine.

Jusqu’à présent, nos sociétés n’ont pas vraiment capitalisé sur 50% de leur force de travail. Mais avec des femmes qui vivent plus longtemps, elles n’auront pas d’autre choix que de les laisser gérer le monde! Ainsi, Mesdames, faites vos exercices et mangez ces fruits et ces légumes. Il faut se préparer à la prochaine génération de femmes dirigeantes.

*Nature 464, 2010, p 536 «Biodemography of Human Ageing»

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.