«Même s’ils démissionnent tous, même si élection il y a, rien ne se fera tant que le Hezbollah continuera de porter des armes. Des élections avec des armes sont des élections biaisées! Avant de passer à toutes ces étapes, il est impératif de désarmer ce parti par tous les moyens. Sinon continuez de rêver…» Cette réaction d’un lecteur du quotidien libanais L’Orient-Le Jour (OLJ) dit bien la colère qui s’est emparée du peuple du Cèdre depuis «l’apocalypse du 4 août» et qui ne s’apaise pas vraiment depuis la démission du gouvernement ce lundi.

Lire aussi: Le premier ministre libanais Hassan Diab annonce la démission du gouvernement