(in)culture

Billetterie de Paléo: Depeche Mode, d’un autre temps

Le 43e Paléo affiche complet, sans surprise. Toutefois, mercredi, les billets se sont écoulés en sept heures. A l’échelle du festival, c'est une éternité. Et la vente la plus longue a porté sur la soirée qui comprend le groupe de «Music for the Masses». Chronique

Je ne sais pas si ce soir-là il avait chanté «La Bohème», mais Charles Aznavour était en 1999 sur la grande scène du Paléo. Il fait ainsi partie des 3449 artistes que l’open air nyonnais a accueillis depuis 1976. Vous aimez les chiffres? En voici d’autres: le festival a programmé depuis sa création 4929 concerts et spectacles, vus par 6 436 154 spectateurs. Autant être précis, ce qu’était le communiqué de presse distribué la semaine dernière aux journalistes, lors du dévoilement de la programmation du 43e Paléo.

Ce temps inconnu des plus jeunes et que chantait Aznavour sur des paroles de Jacques Plante, c’est celui d’avant Internet et des billets qui s’arrachent, celui où on pouvait aller au Paléo les mains dans les poches et payer son entrée à la caisse. Bon, lors de ma première incursion sur la plaine de l’Asse, je n’avais pas eu besoin d’acheter de billet. C’était le 1er août 1991. A l’occasion du 700e anniversaire de la Confédération, le festival proposait une soirée gratuite. Je n’étais pas venu admirer les lampions, mais applaudir les fabuleux Anglais de House of Love. Beau souvenir. Depuis, j’ai dû rater deux ou trois éditions, guère plus.

Lire aussi: A Paléo, on maîtrise l’art du grand écart

Bon, je l’avoue, depuis maintenant dix-sept ans, je bénéficie d’une accréditation presse. C’est donc de loin que j’observe la course aux précieux sésames. En 2015, record absolu, les six soirées du 40e Paléo avaient affiché complet en 52 minutes. L’année dernière, cela avait pris deux heures, mais avec cet autre record: les tickets pour le mardi soir, dominé par les Red Hot Chili Peppers et leur première date romande en trente ans, s’étaient arrachés en quatre minutes chrono.

Mercredi, il aura fallu sept heures pour que le Paléo 2018 débranche sa billetterie. Avec 26 longues minutes pendant lesquelles il restait des places pour chaque soir. Cela semble une éternité. Autre surprise, la soirée inaugurale du mardi a été la dernière, avec le dimanche, à fermer boutique. Or le mardi 17 juillet, outre Kaleo, Django Django, Declan McKenna et les fabuleux Algiers, le festival accueille quand même Depeche Mode. Naïvement, par nostalgie peut-être, j’avais pensé que Dave Gahan, Martin Gore et Andrew Fletcher faisaient partie de ces artistes auréolés d’un statut culte, et que tout le monde, toutes les générations, veulent voir au moins une fois. Je pensais les tubes «Personal Jesus» et «Enjoy the Silence» immarcescibles… Visiblement, ils font partie d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître.


Les dernières chroniques (in) culture

Publicité