L’icône a donc chuté face aux fusils. Prix Nobel de la paix 1991, égérie de la démocratie en Asie, symbole d’une résistance sans faille à l’oppression et à nouveau victorieuse dans les urnes à l’issue des législatives du 8 novembre en Birmanie, Aung San Suu Kyi n’aura pas réussi à imposer sa loi aux chefs de la Tatmadaw, la toute-puissante armée fondée en 1947 par son père, Aung San.

Lire aussi l’article lié: Les raisons du divorce entre l’armée birmane et Aung San Suu Kyi

Arrêtée lundi à l’aube, impuissante face aux généraux unis pour reprendre l’intégralité du pouvoir et des leviers économiques, celle que le parlement birman élu s’apprêtait à reconduire dans ses fonctions de «conseillère d’Etat» (cheffe de facto de l’exécutif) se retrouve une fois de plus seule avec son peuple. Plus populaire que jamais, mais confrontée à l’échec de la démocratisation tentée depuis 2015, dans un pays où l’Etat est de longue date façonné par les hommes en uniforme, sous couvert de sauvegarde de la nation et de défense des «Birmans» contre les minorités ethniques.

Lire également: Christine Schraner-Burgener: «Aung San Suu Kyi était dans une situation impossible. Elle œuvrait pourtant pour la démocratisation du pays»

En raison de la pandémie, la démocratie mise au cachot

Le fait que ce spectacle de généraux triomphants se déroule à Naypyidaw – la capitale birmane sortie de la jungle et située loin de Rangoun où demeurent la plupart des ambassadeurs occidentaux – et la controverse suscitée par les compromissions d’Aung San Suu Kyi face à la tragédie des Rohingyas ne doivent pas nous conduire à minimiser l’importance de ce putsch. C’est l’aspiration démocratique et pacifique de tout un peuple qui, en quelques heures, vient d’être mise au cachot. Cela alors qu’en Thaïlande voisine, d’autres généraux, très liés à leurs homologues birmans, dominent un gouvernement ligoté par une Constitution taillée sur mesure. Et qu’au Vietnam, le 13e congrès du Parti communiste s’est achevé hier par un discours de fermeté, «à la chinoise», sans place aucune pour toute forme de dissidence, de contestation ou de liberté de la presse.

Lire encore notre revue de presse: Aung San Suu Kyi retombe dans les filets de l’armée birmane

Le constat en provenance de l’Union de Myanmar, le nom officiel de la Birmanie, est donc plus qu’amer. Il prouve combien, en cette période de pandémie, le verrouillage sanitaire et la fermeture des frontières adoptés en Asie du Sud-Est depuis le début de 2020 sont profitables à tous ceux que les urnes dérangent. Pas de journalistes étrangers sur place. Une population dissuadée de manifester par la peur du virus et de la répression. Des démocraties occidentales plus spectatrices que jamais. Le message venu de Rangoun, où l’état d’urgence a été aussitôt prolongé pour un an, nous concerne tous.