Aviation

Boeing 737 Max: «Je ne monterai jamais dans cet avion»

La sécurité des avions B737 MAX est remise en question par plusieurs pays, compagnies aériennes et syndicats de pilotes. En cinq mois, deux crashs de cet appareil ont entraîné la mort de plus de 340 personnes. Décryptage des causes possibles avec Bertrand Vilmer, pilote de ligne et directeur du cabinet d’aéronautique Icare

L’avion de ligne le plus vendu au monde est une seconde fois impliqué dans un drame aérien. Après le crash survenu en mer de Java, en octobre dernier, et celui de dimanche en Ethiopie, des Boeing 737 Max sont cloués au sol par plusieurs pays ou compagnies aériennes. C’est le cas en Ethiopie, en Indonésie, en Chine, en Corée du Sud, en Malaisie, à Singapour, au Royaume-Uni, dans les îles Cayman, au Mexique, au Brésil, en Argentine, en Afrique du Sud, en Australie, en Norvège, en Islande et en France. 

L’Agence européenne de la sécurité aérienne a annoncé ce mardi «suspendre toutes les opérations de vol de tous les avions B737-8 MAX et B737-9 MAX en Europe». La Suisse a également interdit ce type d’appareils dans son espace aérien.