Charivari

Boissons allégées, bourrelets assurés

OPINION. Les sodas light font grossir. Grâce à un article scientifique, notre chroniqueuse confirme cette intuition qu’elle pressentait en observant une personne proche d’elle

Vendredi dernier, j’ai été frappée par l’étude qui établit un lien entre la prévalence de l’obésité dans certains quartiers genevois et l’excès de consommation de sodas et autres boissons sucrées dans ces mêmes quartiers. Ce constat témoigne d’une certaine méprise qui continue à opérer dans l’esprit humain: la difficulté d’associer boisson et embonpoint. Inconsciemment, un individu a tendance à penser que ce qui est liquide, donc «passe comme ça», n’a pas de réelle action sur son poids. C’est mal, surtout quand ledit liquide, et j’en sais quelque chose, est de l’alcool…

Secouez-moi!

Mais une autre question a tout de suite assailli mon esprit secoué comme une bouteille d’Orangina. Qu’en est-il des sodas allégés? Ont-ils aussi une action néfaste sur la prise de poids? La logique voudrait que non. Pas de calorie, pas de bourrelets. Pourtant, l’observation d’une personne proche de moi, qui boit allègrement son litre, voire plus, de soda zéro quotidien, m’a incitée à penser qu’il y avait tout de même un lien. Une sorte d’effet pervers qui voudrait que l’idée de sucre sans la présence effective de sucre induise fatalement une grosse envie de sucre. Vous me suivez?

Et, bingo, parce que la vie est bien faite, LeMonde.fr vient de publier une information qui établit la même corrélation. «Un édulcorant de synthèse émet dans la bouche un signal sucré qui informe l’organisme d’une arrivée prochaine de sucre. Il mobilise donc l’insuline et limite la libération des réserves de sucre et comme l’apport sucré n’a pas lieu, il s’ensuit une authentique hypoglycémie qui stimule l’appétit», écrit, jeudi dernier, le médecin Luc Perino, dans un blog hébergé par le quotidien français.

Encore plus toxique

Ailleurs dans le même article, le spécialiste précise encore que «le light fait grossir, car les édulcorants favorisent l’intolérance au glucose par un mécanisme probablement lié à des modifications du microbiote. Chez les enfants, les boissons light au goût sucré sont encore plus toxiques que les boissons sucrées, car elles affectent encore plus négativement et plus durablement leur comportement alimentaire. Chez l’adulte, les sodas light favorisent l’insulino-résistance et le diabète de type 2.» Outch. L’enquête genevoise ne parle pas des sodas allégés. Mais les personnes qui, à la lecture de ses résultats, se sont réconfortées en pensant qu’elles échappaient au karma en buvant light, ont intérêt à revoir leur stratégie. En réalité, boissons allégées, bourrelets assurés.


Chronique précédente

Un salut pour la vie sauve

Publicité