Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le Bol d'Or Mirabaud 2015.
© Loris von Siebenthal

Conversation

Le Bol d'Or Mirabaud 2016 explosera sur les réseaux sociaux

Une régate prestigieuse aujourd’hui n’est pas concevable sans les réseaux sociaux qui l’exaltent, l’exacerbent, la dramatisent. Exemple avec le Bol d'Or Mirabaud 2016, qui aura lieu les 10, 11 et 12 juin

C’est le paradoxe de nos temps numériques, qu’une manifestation dans la vie réelle – un concert, un rallye, une régate – n’existe aujourd’hui vraiment que si elle génère une couverture numérique interactive qui la propulse dans la vraie vie cette fois, la vie sur les réseaux sociaux.

C’est ce que semblent s’être dit, dans tous les cas, les organisateurs du Bol d’Or Mirabaud 2016, 78e édition, qui ont mis une véritable machine de guerre pour faire vibrer – au-delà du site internet propre de la manifestation - sur Facebook, Twitter, Instagram et YouTube la course 2016. Tandis que trois personnes (contre une seule en 2015) seront chargées de filmer en direct la régate pour alimenter ces différents canaux de pollinisation.

Mère de toutes les batailles, qui plus est navales, c’est Facebook qui fédère les enthousiasmes et chauffe la colle communautaire d’une manifestation qui est d’abord un rendez-vous de passionnés.

Avec ses quelque 3115 fans, ses posts en jets continus, ses vidéos – pour l’heure de conférence de presse, de points météos, de rétrospectives historiques, et d’interventions flashs comme celle de Sébastien Schneiter du team Tilt, vainqueur l’année passée - Facebook constitue le socle de la communication interactive des organisateurs. Une page Facebook, c’est rapide, c’est simple, c’est souple, c’est rythmé, ça change dans un flux de posts chaque jour nouveaux: c’est tout l’avantage sur un site propre.

Mais Facebook, ce n’est pas tous les réseaux sociaux et, comme le note Chiara Costanza de la société 4AM, qui animera les réseaux sociaux de la manifestation, Twitter fait aussi partie du paysage, avec ses quelque 1175 followers à l’enseigne de l’adresse @BoldOrMirabaud. Quand au hashtag sous la bannière duquel on repérera les saillies et les twitpic des uns et des autres, ce sera #BOM16.

Sur Twitter, changement d’ambiance: si Facebook donne l’impression à l’internaute d’être sur le deck d’un vaste bateau de croisière serein et confortable, aux multiples activités récréatives, sur Twitter, c’est la brièveté des messages, leur côté claquant au vent qui domine. Ainsi cette tentative de pronostic: «C’est chez les monocoques qu’il faudra suivre le parcours de #raffica qui pourrait remporter le Bol de Vermeil.»

Ou bien cette mise en garde: «Attention! signaux d’avis de tempête – c’est la force du vent qui fait la différence»

On se dit donc qu’au bal de l’instantanéité ce sera Twitter qui sera aux premières loges. Mais pas que. Chiara Cosenza nous apprend que Twitter sera aussi le véhicule privilégié du public international.

Pour les mirettes et la beauté des mouvements, Instagram sera aussi de la parade, sous le sigle Instabom. Ce sera le règne, avec son compère Twitter, de l’instantané, des coulisses, et de l’action en mitraille.

Dernière grande pièce du dispositif, enfin: YouTube. «Cette plateforme fut la première à être utilisée massivement pour propulser les images de la compétition», confie Chiara Cosenza. C’est via YouTube que transitera ce week-end bien du matériel filmé qui alimentera les autres plateformes. Et à dire le vrai, le teaser de l’édition 2016 est pêchu à souhait avec sa musique au diapason des émotions à venir et du caractère unique de la manifestation:

Et Periscope? Sussureront ceux qui suivent les dernières évolutions de la plateforme à la pointe des réseaux. «Nous serons sur Periscope, bien sûr, mais nous ne communiquons pas massivement autour de cette plateforme: nous comptons avec elle atteindre les personnes que nous n’aurions pas ciblées et qui prendront connaissance de la régate en quelque sorte par hasard», commente Chiara Cosenza.

Alors ce week-end, serez-vous site, Facebook, Twitter, Instagram, YouTube ou Periscope? Qu’importe les vents et la vague, pourvu qu’on ait le réseau!

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)