Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
A Montargis, dans le Loiret, ce 1er juin 2016.
© GUILLAUME SOUVANT

Revue de presse

Bonne nouvelle: il va bientôt enfin arrêter de pleuvoir

Les conditions météorologiques particulières qui touchent actuellement l’ouest du continent ont conduit à des précipitations et à des crues exceptionnelles, avec ses drames humains. Mais heureusement, il semble que ce soit le début de la fin des pluies

Spectaculaire, l’image ci-dessus a été prise à Montargis, dans le Loiret, il y a deux jours. Là où «l’équivalent d’un mois et demi de précipitations» est tombé en quelques jours, selon la préfecture. Le niveau de la rivière Loing s’est «stabilisé», bien qu’une grande partie du centre de cette ville de 14 000 habitants reste «encore sous l’eau». Des vues de la commune, filmées avec un drone et postées sur YouTube, montrent l’étendue des inondations, lit-on sur le site de France Télévisions:

Et ce n’est qu’un exemple des dégâts causés par les pluies tombées depuis des semaines, avec des records au mois de mai et une accentuation du phénomène depuis le week-end dernier. Le bilan de ces intempéries continue donc de s’alourdir. Au moins une dizaine de personnes ont péri depuis le début de la semaine en France et en Allemagne, et plusieurs sont portées disparues. A Paris, la Seine menace toujours de déborder, et des mesures de protection des œuvres d’art ont notamment dû être prises au Musée du Louvre.

Lire aussi: Paris inondé, déserté mais rassuré: la crue de la Seine ne devrait pas atteindre les niveaux de 1910

Alors «le zouave de l’Alma va faire trempette». Il a pu mesurer combien il est populaire, ce «mètre-étalon du niveau de la Seine dans l’esprit des Parisiens». Metronews raconte l’histoire de cette statue, dans les médias et sur les réseaux sociaux «où l’on ne compte plus les messages et photos le représentant». Il «dispose même depuis mercredi de son propre compte personnel humoristique», @zouavealma, sur Twitter:

Si les Français se plaignent de l’humidité qui vient s’ajouter aux grèves et à la désertion des touristes, la situation est encore pire en Allemagne. C’est par exemple, aux yeux d’Euronews, «un très lourd tribut que la petite ville de Simbach-am-Inn paie aux inondations». Dans cette bourgade du sud-est du pays, un quatrième corps sans vie a été retrouvé, celui d’un homme. Mercredi soir, trois femmes d’une même famille avaient péri dans leur maison inondée.» Sans oublier la Belgique, elle aussi touchée, selon Le Soir de Bruxelles.

Lire aussi: Trois morts dans les inondations du sud de l’Allemagne

Mais «après plusieurs jours de pluies exceptionnelles», c’est tout de même vers la France que les regards sont tournés, selon l’AFP, relayée par La Croix. Les inondations, qui ont fait «un mort jeudi en Seine-et-Marne, département en alerte rouge, se sont déplacées vers Paris où la crue de la Seine devrait atteindre vendredi un pic à près de 6 mètres». «Conjuguées aux mouvements sociaux», ces intempéries «perturbent les transports et la circulation, à pratiquement une semaine de l’Euro de football», ce qui déclenche la compassion humoristique de l’Independent britannique:

Alors, à cette heure, il y a une mauvaise et une bonne nouvelle, que donne France Télévisions. La mauvaise, c’est que «même si la pluie va cesser», les eaux vont «continuer de monter», la Suisse n’étant pas épargnée, quoique moins touchée que ses voisins directs, à en croire 20 minutes. Et la bonne, c’est que «l’accalmie est là». Mais «pour le soleil, il faudra encore attendre». Encore un peu de pluie est prévue ce vendredi en Europe occidentale et centrale. Ensuite, «de la grisaille» et quelques rayons ce week-end, le vrai retour du beau temps n’étant attendu que pour la semaine prochaine.

Lire aussi: Des victimes après de nouvelles inondations en France, en Allemagne et en Autriche

Prévisionniste à Météo France, Etienne Kapikian explique au Monde «les conditions particulières qui ont conduit a aux précipitations et aux crues actuelles. Une situation que le réchauffement climatique pourrait rendre plus fréquente à l’avenir», selon lui. «Elle résulte de la conjonction de deux phénomènes. D’une part, une zone de basses pressions installée entre le nord de la France et l’Allemagne, qui a provoqué non seulement des averses mais aussi des pluies continues […]. D’autre part, la présence de masses d’air chaud et instable venant d’Allemagne qui ont alimenté la perturbation et produit des cumuls de précipitations très importants.» Avec quelques pauses bienvenues, notamment au Gothard:

Mais est-ce fréquent, cela? Ça l’est davantage «en saison hivernale, répond l’expert, tandis que l’arrivée d’air chaud et instable est caractéristique de la fin du printemps. Mais le mois de mai est souvent très capricieux, très chaotique.» Et le réchauffement climatique? Réponse prudente: «Il est impossible de relier directement un événement météorologique isolé au changement climatique global. Indépendamment du réchauffement en cours, il y a sans doute eu par le passé des mois de mai marqués par des épisodes pluvieux très intenses. En tout état de cause, si le changement climatique peut avoir un rôle dans les précipitations de ces derniers jours, il n’y a probablement ajouté que quelques millimètres d’eau.» L’essentiel vient d’une situation météorologique bloquée sur la partie ouest du continent.

Cela dit, il y a quand même une justice. Si une bonne partie de l’Europe «a les pieds dans l’eau, les Bretons, eux, sont sous le soleil et ne se privent pas de le faire savoir. Subissant souvent des railleries en raison du mauvais temps qu’ils sont censés attirer, ils ont publié ces derniers jours des messages […] sur les réseaux sociaux pour narguer ceux qui sont touchés par les intempéries», explique Le Parisien. Mais avec compassion aussi, sous-entendu, «soyons généreux, partageons, pour que vous séchiez un peu…»:

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)