Boris Johnson a fini par se rendre à l’évidence: il ne pouvait plus gouverner. Annoncée le matin par les médias britanniques, la démission du premier ministre a été officialisée ce jeudi en début d'après-midi. Pour Boris Johnson, le coup de grâce est venu de ses propres rangs. Après la fronde de ses députés, à laquelle il avait échappé le mois dernier, l’hémorragie a gagné son propre gouvernement. Ces derniers jours, une cinquantaine de ses collaborateurs ont annoncé leur démission. Tous ces conservateurs n’avaient simplement plus confiance en leur leader.

Lire aussi: «Personne n'est indispensable»: Boris Johnson annonce sa démission comme chef du parti conservateur

Il y a quelque chose de rassurant dans ce dénouement. Boris Johnson a bâti toute sa carrière sur un incroyable culot, un sens aigu de la mise en scène et un opportunisme politique à toute épreuve. Le tout au service d’une ambition personnelle dévorante. Paroxysme de ce projet, l’ancien journaliste à Bruxelles s’était rallié sur le tard à la cause du Brexit, pas tant par idéologie mais plutôt parce qu’il avait flairé l’exceptionnel filon politique.

Au-dessus des règles

Installé enfin à Downing Street, le premier ministre est parvenu à achever le divorce avec Bruxelles. Sa popularité a rarement été démentie dans les urnes. Mais, finalement, ce qui avait fait son succès aura précipité sa chute. Le scandale des fêtes organisées au plus fort de la pandémie, alors que les Britanniques ne pouvaient même pas assister aux funérailles de leurs proches, a montré Boris Johnson tel qu’il est: un politicien au-dessus des règles qu’il avait lui-même fixées.

Lire aussi: Au Royaume-Uni, le gouvernement de Boris Johnson coule, démission après démission

D’autres scandales sont venus ces dernières semaines s’ajouter au «Partygate». Pris isolément, aucun d’eux n’aurait pu faire chuter un tel animal politique. Mais, mis bout à bout, les affaires ont fini par éroder l’intégrité de Boris Johnson, au point que ses troupes ne pouvaient plus assumer de le soutenir publiquement.

Cette démission rappelle toute l’importance d’une valeur parfois malmenée dans nos démocraties libérales: le devoir d’exemplarité. Les gouvernants sont élus pour servir les citoyens, et non l’inverse. Boris Johnson, tout à son nombril, l’avait sans doute oublié.

Le Temps publie des chroniques et des tribunes – ces dernières sont proposées à des personnalités ou sollicitées par elles. Qu’elles soient écrites par des membres de sa rédaction s’exprimant en leur nom propre ou par des personnes extérieures, ces opinions reflètent le point de vue de leurs autrices et auteurs. Elles ne représentent nullement la position du titre.