Ne vous méprenez pas, je pose cette question sans une once de mépris sournois ou d’ironie déplacée: mais, trois ans après sa mort, que reste-t-il de Johnny? Si Hallyday reste vénéré par son indéfectible tribu, je n’ai franchement pas l’impression que son importance dans l’histoire de la musique a été réévaluée et qu’il va continuer, bon an mal an, à voir sa cohorte de fans croître de manière exponentielle.

A lire: David Bowie, mille vies et l’éternité