éditorial

Brexit: le chaos n’est pas la solution

ÉDITORIAL. Plus les jours passent, plus les chances de Theresa May de survivre au Brexit et d’obtenir le vote de sa proposition d’accord semblent s’amenuiser. Croire par contre que le chaos d’un non-accord serait finalement «gérable» relève d’une dangereuse illusion

Theresa May n’a pas encore abdiqué. Contre tous les pronostics, la première ministre britannique semble continuer de croire à un dénouement positif pour le projet d’accord sur le Brexit, que les Européens devraient valider ce dimanche lors de leur sommet spécial à Bruxelles.

A ce sujet, lire également notre temps fort: Le Brexit avance sur un fil

Sa stratégie est simple à résumer: aussi byzantin, complexe et laborieux soit-il, ce texte négocié à l’arraché est, selon elle, le meilleur des remparts contre le chaos institutionnel et économique qui résulterait d’un non-accord. Pour reprendre l’un des termes souvent utilisés dans la négociation sur le cas de l’Irlande du Nord, ce texte est, pour la locataire du 10 Downing Street, un backstop: un filet de sécurité qui empêche le Royaume-Uni et l’Union européenne (UE) de tomber dans le précipice d’un vide juridique inédit.

Le problème est qu’il est facile, très facile, de démonter cet accord qui pourrait être présenté à la Chambre des communes aux alentours du 10 décembre. A dire vrai, le projet de traité de 585 pages, trois protocoles et de nombreuses annexes, est… illisible pour le commun des citoyens. La question cruciale de la surveillance de son application par une commission paritaire – coprésidée par un commissaire européen et un ministre britannique – donne en plus l’impression que rien ne sera vraiment acquis après le départ du Royaume-Uni de l’Union, le 30 mars 2019.

Notre chronologie: Brexit: les étapes d'un interminable divorce

Les brexiters ont dès lors beau jeu de savonner la planche à cette première ministre qu’ils considèrent comme une traîtresse à la cause du divorce net avec le continent qu’ils appelaient de leur vote. Une charge que la presse tabloïd britannique, violemment anti-européenne, mène déjà sabre au clair en se moquant d’un texte dont le résultat ferait du Royaume-Uni, de mars 2019 à juillet 2020, un vrai-faux pays tiers. Hors de l’UE certes, mais avec des marges de manœuvre restreintes.

Il faut pourtant redire ici l’enjeu. Car l’oublier revient à nier l’essentiel: il est nécessaire de préserver la stabilité économique et une relation prévisible entre Londres et les 27 pays membres de l’UE. Qui, par exemple, peut affirmer que la campagne électorale en cas de second référendum sur le Brexit ne sera pas encore plus caricaturale et incendiaire? Qui peut croire que l’absence d’accord restera un scénario à dommages limités? Qui peut imaginer, même si cela est théoriquement possible en cas de rejet du Brexit par un second vote, un retour sans conséquences du Royaume-Uni dans l’UE?

En ces temps troublés, une réponse s’impose à tous: le chaos n’est pas la solution.

Publicité