Le bidouillage, ça ne tient pas. Dans le grand frêne au bout du jardin, les rafales de cet hiver ont eu facilement raison du toit de planches bricolé sur la cabane des enfants. Tout est à repenser avant de reprendre le marteau. Notre cahute ignorait la loi des vents dominants. C’est l’amère leçon de choses que nous partageons ce printemps avec le Parti libéral-radical, meurtri par les élections cantonales à Zurich, dimanche dernier.