Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Les actions ont renchéri de plus de 12% depuis le début de l’année à la bourse suisse.
© Arnd Wiegmann / Reuters

UN ŒIL SUR LA PLACE

«Buy today and go away»

OPINION. Allez, je me lance! Je vais tenter de répondre à la question que tous les investisseurs se posent et que tous les gérants redoutent: faut-il vendre ou garder ses actions après les hausses importantes de ces derniers mois?

Entre le centenaire de la Révolution d’octobre et les 50 ans de la mort du Che, cet automne 2017 commémore plusieurs événements importants de notre histoire. Mais, pour les financiers de ma génération, il représente surtout le 30e anniversaire de l’un des événements les plus dramatiques de leur carrière, celui du Lundi noir du 19 octobre 1987, quand l’indice Dow Jones a perdu 22% en une seule journée, entraînant dans sa chute toutes les bourses européennes. «Et si ça recommençait? Les licornes existent-elles vraiment? Sommes-nous au sommet d’une bulle sur le point d’éclater?» Bref, faut-il tout vendre pour éviter le pire? A ces questions qui taraudent les financiers, on peut apporter deux éléments de réponse qui permettront, espérons-le, de les rassurer et de leur éviter des insomnies.

Un marché pas si cher que ça

Le premier est fourni par l’analyse fondamentale. Les marchés sont-ils chers? Probablement pas tant que ça. Et encore moins si on les étudie à la lumière de ce nouveau paradigme que représente une économie évoluant dans un contexte à taux zéro, voire négatifs, ce que personne sur terre n’a jamais expérimenté. De fait, il ne faut pas confondre «niveau élevé des cours» avec «cherté des actions». En effet, sur le long terme, les économies croissent et les entreprises se développent.

Lire aussi: Investissement: éloge de la lenteur

Il est donc parfaitement normal que leur valeur nominale augmente. Ce qui détermine leur cherté, c’est plutôt leur évaluation en termes de ratios financiers. A titre d’exemple, avec un multiple moyen de 18 fois les bénéfices 2018, la bourse américaine se situe à un niveau raisonnable en comparaison historique et il en va de même pour les bourses européennes. De plus, nous nous trouvons actuellement dans un cercle vertueux, qui a démarré aux Etats-Unis et s’est aujourd’hui étendu à l’Europe, caractérisé par des fondamentaux macroéconomiques solides et des bénéfices des entreprises en hausse. Les cours actuels apparaissent d’autant moins inquiétants en termes relatifs si on les compare aux rendements très faibles payés par les obligations. Enfin, il faut ajouter que beaucoup de secteurs sont restés à la traîne ces derniers mois et qu’une rotation sectorielle devrait avoir lieu, offrant ainsi de nouvelles opportunités.

L’illusion coûteuse du «market timing»

Le second argument est donné par l’approche traditionnelle «Buy & Hold», qui constitue, si vous préférez, le contraire du market timing, cette chimère si chère à certains investisseurs et qui consiste à essayer d’acheter au plus bas pour ensuite vendre au plus haut. En sortant trop tôt, on risque un manque à gagner important si les marchés poursuivent leur hausse. Et même si notre prédiction se révèle exacte et que le marché chute, quel sera le bon moment d’y revenir? En effet, à trop attendre le moment favorable, on court le risque de laisser partir le train.

Ainsi, une étude d’Invesco portant sur l’indice S&P 500 entre décembre 1996 et décembre 2016 montre qu’un investisseur patient qui serait resté investi en actions américaines pendant 20 ans aurait empoché un gain de +202%, alors que celui qui aurait raté les 10 meilleures journées de bourse de chaque année aurait dû se contenter d’un maigre +48% sur la même période. Et, comme les meilleurs jours suivent le plus souvent une très forte baisse, il est fort probable que les partisans du market timing ne seraient pas entrés dans ces moments si tendus.

Difficile de résister à la pression

Bref, il ne fait pas bon prendre un jour de congé sur les bourses. Et si tout le monde rêve du graal du market timing réussi, le vrai gagnant est sans conteste celui qui a la patience de rester investi. Malheureusement, c’est bien plus facile à dire qu’à faire. La finance comportementale nous a confirmé depuis longtemps ce que nous savions intuitivement: l’investisseur n’est pas un robot rationnel. En cas de krach boursier, la pression psychologique combinée des pairs et des médias devient rapidement extrêmement forte et rares sont ceux qui ont les nerfs suffisamment solides pour résister à la tentation de tout vendre. On finit donc le plus souvent par perdre courage et liquider son portefeuille au fond du trou, pour ne réinvestir qu’une fois le rebond déjà bien entamé.

La dictature de l’instantané

Toutes les études montrent que les actions constituent l’investissement le plus rentable sur le long terme. Beaucoup plus d’ailleurs que l’immobilier, qui est pourtant l’actif préféré de générations d’épargnants. Mais que se passerait-il si nous disposions de la valeur de notre appartement mise à jour toutes les minutes en temps réel sur notre smartphone, parfois avec une valeur inférieure à l’hypothèque contractée? Plutôt que de le conserver sagement, on paniquerait probablement et on le vendrait. C’est l’avalanche de nouvelles et la cotation en temps réel sur tous les écrans du monde entier qui créent cette situation anxiogène. Au moindre tweet, nous vendons ou nous achetons au gré des épiphénomènes qui ne changeront pas fondamentalement l’évolution de l’entreprise et donc du titre à moyen terme. Il serait sans doute préférable que les cotations ne soient que mensuelles, ou pourquoi pas annuelles, mais trop d’intérêts sont en jeu… en commençant par notre goût du jeu.

Une certitude: un nouveau krach arrivera

Qu’il s’agisse du niveau des obligations à haut rendement, de l’explosion des fonds indicés et autres ETF, de la bulle du bitcoin ou de l’arrêt plus ou moins brutal de l’assouplissement quantitatif, les dangers potentiels ne manquent pas. Et si on ne sait pas quelle sera la cause du prochain krach boursier, une chose est sûre: il surviendra un jour et pas forcément en octobre. Mais dans ce cas, il vaudra mieux attendre tranquillement que cela remonte, comme on le fait pour l’immobilier. Bref, le meilleur conseil que l’on peut donner à un investisseur, c’est d’acheter aujourd’hui, avec de l’argent dont on n’a pas besoin à court terme, puis de partir loin des nouvelles sur une île au milieu du Pacifique. Malheureusement, de nos jours, elles disposent le plus souvent du wi-fi!

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)